Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Les «jeux risqués» sont bénéfiques pour les enfants, assure la Société de pédiatrie

durée 18h00
25 janvier 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La Société canadienne de pédiatrie affirme qu'un peu de risque dans le jeu des enfants peut être bénéfique pour leur santé et leur développement.

L'organisme national a publié un nouveau «document de principes» qui encourage les enfants de se livrer au «jeu libre extérieur», et en particulier au «jeu risqué».

La Société canadienne de pédiatrie indique que ce type de «jeu risqué» varie selon l'enfant, mais est généralement défini comme une «forme passionnante et stimulante de jeu libre» dont l’«issue est incertaine» et qui comporte, oui, «une possibilité de blessure physique».

On cite par exemple les jeux en hauteur ou à grande vitesse, les activités supervisées impliquant des chocs ou des outils comme des marteaux, des cordes et des couteaux, ou des jeux comportant même un risque «de disparaître de la vue ou de se perdre».

Même s'il peut être effrayant pour les parents de laisser entrer des risques dans la vie de leurs petits, la Société de pédiatrie affirme que ce type de jeu est essentiel pour le développement mental, social et physique des enfants.

Mais l'organisation prévient évidemment que cela ne signifie pas ignorer les règles de sécurité élémentaires. Ainsi, les enfants ne doivent pas être laissés sans surveillance dans des zones dangereuses, ni poussés au-delà de leur propre niveau de confort.

C'est aux adultes d'être conscients des risques et d'intervenir si le préjudice potentiel est plus grave que ce que l'enfant est capable de reconnaître et de gérer, précise l'organisme.

«Il faut assurer la sécurité nécessaire des enfants pendant le jeu, mais pas les maintenir en sécurité à tout prix», résume dans un communiqué la docteure Émilie Beaulieu, pédiatre de Québec et auteure de ces nouvelles directives de la Société canadienne de pédiatrie.

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

La proportion des jeunes avec un trouble anxio-dépressif atteint un sommet au Québec

La proportion des jeunes Québécois qui ont un trouble anxio-dépressif atteint un sommet, alors que 8,4 % des 15 à 29 ans ont reçu un diagnostic en 2021-2022. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes, selon une mise à jour de cet indicateur publiée vendredi par l'Institut de la statistique du Québec. Les données montrent qu'en ...

durée Hier 12h00

Un programme est lancé pour outiller les familles migrantes dans le système de santé

Un programme pilote de deux ans vient d'être lancé par l'Hôpital de Montréal pour enfants (Le Children) et l'Hôpital St. Michael de Toronto pour aider les familles migrantes à naviguer dans le système de santé, plus particulièrement pour les jeunes aux prises avec une maladie chronique. Le programme vise à donner de l'information aux familles, ...

23 mai 2024

Sonia Bélanger a bon espoir d'élargir les soins palliatifs sans les agences privées

La ministre responsable des Aînés et ministre déléguée à la Santé, Sonia Bélanger, veut élargir l'accès aux soins palliatifs. Mais dans le contexte de la fin du recours aux agences privées, certains s'inquiètent de la faisabilité de cet objectif par manque de ressources. Dans le cadre d'un webinaire sur les soins palliatifs organisé jeudi par le ...