Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

En cas de cancer

Des chercheurs sont sur la piste d'une personnalisation de la radiothérapie

durée 12h00
2 février 2024
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Des chercheurs de l'Université Laval sont sur la piste de signatures moléculaires qui pourraient un jour permettre de personnaliser la dose de radiation administrée à un patient atteint d'un cancer.

La radiothérapie adopte pour le moment une approche «one size fits all» qui n'est pas nécessairement la plus efficace, a expliqué le professeur Venkata Manem, qui est affilié à la Faculté de médecine de l’Université Laval et au Centre de recherche du CHU de Québec.

«En chimiothérapie, en comparaison, il y a des centaines de composés et on choisit le bon pour le bon patient, a-t-il rappelé. Mais en radiothérapie, on regarde les caractéristiques du patient, son âge, son sexe, s'il fume et ainsi de suite (...) mais on ne s'intéresse pas aux caractéristiques biologiques de la tumeur.»

Si on constatait, par exemple, que la tumeur est plus résistante, on pourrait administrer une plus forte dose de radiation pour augmenter les chances de guérison et réduire les risques de rechute, a-t-il ajouté. En revanche, si on découvrait que la tumeur est plus vulnérable, on pourrait utiliser une dose de radiation moindre, ce qui minimiserait les effets secondaires indésirables pour le patient.

«On essaie à la fois de réduire la toxicité (du traitement) pour le patient et d'augmenter les chances de survie», a résumé le chercheur.

Les travaux du professeur Manem et de son équipe s'inscrivent dans la tendance de la «médecine de précision» ou de la «médecine personnalisée», qui s'est développée à une vitesse fulgurante au cours des dernières années, depuis que les médecins ont constaté que c'est en tenant compte des caractéristiques génétiques particulières du patient et de sa tumeur qu'ils peuvent élaborer le traitement le plus efficace.

La même approche pourrait être adoptée en radiothérapie, croit le chercheur: avec la disponibilité de données spécifiques aux tissus, il pourrait éventuellement être possible d'obtenir des signatures pour différents types de cancers tels que les cancers du sein, de la prostate et du poumon, a-t-il dit.

Même si toutes les tumeurs sont différentes, et même si elles sont classées dans le même groupe, au même stade et avec les mêmes caractéristiques anatomiques, la réponse à la radiothérapie pourra être influencée par des facteurs comme les mutations présentes, le micro-environnement et la composante immunitaire.

L'équipe a donc utilisé des données de lignées cellulaires combinées à des approches basées sur la bio-informatique et l’apprentissage automatique pour cibler un indicateur moléculaire de sensibilité qui pourrait faire l’objet de tests précliniques avant d’être transposé en clinique.

«Environ la moitié des patients recevront de la radiothérapie dans le cadre de leur traitement, que ce soit à des fins palliatives ou curatives, a dit le professeur Manem. Donc quand on donne de la radiothérapie, il faut que ça soit précis. Un patient devrait-il recevoir une dose plus forte? Une dose plus faible parce que c'est combiné avec de la chimiothérapie? Il faut savoir.»

La suite de la recherche consistera à valider ces signatures moléculaires avec des données de patients et à mettre au point un test clinique utilisant des méthodes basées sur l’apprentissage automatique. L’équipe souhaite aussi identifier des composés radiosensibilisants susceptibles d’accroître l’efficacité thérapeutique des radiations.

Les conclusions de cette nouvelle étude ont été publiées par le journal médical BMC Cancer.

Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


20 février 2024

Les 55 ans et plus occupent maintenant plus d'un million d'emplois au Québec

Les personnes âgées de 55 ans et plus viennent de dépasser le cap du million d'emplois au Québec. En 2023, elles occupaient 1 000 500 emplois comparativement à 961 000 en 2022, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans son Bilan annuel du marché du travail pour 2023. Ces travailleurs âgés de 55 ans et plus occupent ...

20 février 2024

Bilan 2023 au Québec: taux d'emploi et taux d'activité inégalés pour les femmes

Les taux d'activité et d'emploi des femmes au Québec ont atteint en 2023 le niveau le plus élevé depuis que ces statistiques sont compilées, soit depuis 1976, révèle mardi l'Institut de la statistique du Québec.  L'ISQ, qui vient de publier son Bilan annuel du marché du travail pour 2023, précise en effet que le taux d'emploi des femmes, ...

20 février 2024

Rappel du vaporisateur nasal APO-Mometasone

La société pharmaceutique Apotex rappelle deux lots d'un vaporisateur nasal sur ordonnance en raison d'une possible contamination bactérienne. Le vaporisateur nasal APO-Mometasone est prescrit pour les symptômes d'allergies nasales chez les enfants, pour la sinusite chez les patients âgés de 12 ans et plus et pour les polypes nasaux chez les ...