Publicité

9 mai 2020 - 06:00

Remplacement par iune navette ferroviaire

Dernier train de la ligne EX06 Deux-Montagnes: une page d'histoire se tourne

Par Salle des nouvelles

Une page d’histoire se tourne. En effet, exo a cessé l’exploitation de la ligne exo6 Deux-Montagnes hier soir, avec le départ du dernier train de la gare Centrale en direction de Deux-Montagnes à 18 h 50. À compter du 11 mai, cette ligne sera remplacée par une navette ferroviaire reliant les gares Deux-Montagnes et Bois-Franc, dans le cadre des mesures d’atténuation REM.

Lorsque le dernier train a terminé son trajet vendredi 8 mai au soir, la ligne de train Deux-Montagnes aura été en opération pendant près de 102 ans.

Une étape importante pour les employés d’exo

« La fermeture de la ligne exo6 Deux-Montagnes, la plus achalandée du réseau de trains de banlieue, constitue aussi un deuil pour nos employés, a déclaré Sylvain Yelle, directeur général d’exo. Exo et ses employés sont fiers d’avoir contribué au développement et au succès de cette ligne qui a été le moyen de transport privilégié de dizaines de milliers de passagers dans la région métropolitaine.»

Au cours des deux dernières années, les équipes n’ont pas ménagé leur effort pour faire cohabiter nos services de trains de Deux-Montagnes et de Mascouche avec le chantier du REM et préparer la fermeture du tunnel Mont-Royal.

« Nous continuerons, d’ici la mise en service du REM, d’accompagner les clients concernés en déployant, en collaboration avec les autres partenaires du transport collectif, les mesures d’atténuation métropolitaines prévues pour pallier la fermeture du tunnel, ajoute le président général. Chaque jour, je constate le dévouement de nos équipes pour le transport collectif. Elles ont à cœur d’améliorer la mobilité dans la région métropolitaine et continueront de le faire dans les années à venir en bâtissant le réseau de demain »,

Premier service de train de banlieue à avoir été exploité dans la région montréalaise, la ligne exo6 Deux-Montagnes était la seule ligne de train électrifiée de la région et la première au Canada. Elle était alimentée par une caténaire branchée sur un courant de 25 kV. Le service sur cette ligne était exploité sur 29,9 km de
voies ferroviaires électrifiées et l’horaire comprenait 49 départs avec arrêts à une douzaine de gares.

En 1918, une ligne déjà à l'avant-garde

Au début du XXe siècle, le transport des personnes par train est en plein essor dans la région de Montréal. La construction de la ligne de chemin de fer Montréal-Deux-Montagnes a été réalisée par la Canadian Northern Railways de 1912 à 1918, avec entre autres, la construction du tunnel Mont-Royal. L’inauguration du service régulier vers Deux-Montagnes a lieu le 21 octobre 1918.

Cette même année, Canadian Northern Railways est nationalisée par la création du Canadien National. C’est cette compagnie qui complètera l’électrification de la ligne en 1925. À cette époque, la ligne Deux-Montagnes est considérée comme étant à l’avant-garde du transport ferroviaire.

Jusqu’aux années 1970, la ligne de train Deux-Montagnes connaît une progression constante, résultat du développement résidentiel au nord du mont Royal et de la popularité de son accès direct et rapide au centre-ville de Montréal.

La ligne Deux-Montagnes telle que nous la connaissons aujourd’hui est le résultat d’une rénovation en profondeur de 1992 à 1995. À partir de ce moment, l’achalandage a rapidement augmenté allant jusqu’à déplacer vers le centre-ville de Montréal en moyenne 15 000 personnes chaque jour.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.