Publicité

9 juillet 2020 - 09:30

En préparation de la deuxième vague

Le gouvernement du Québec lance une consultation publique sur une application de traçage de la COVID-19

François Provost

Par François Provost, Journaliste

Le ministre délégué à la transformation numérique gouvernementale, Éric Caire a annoncé hier que le gouvernement du Québec consultera la population au sujet d’une éventuelle application permettant le traçage des contacts à la COVID-19.

« Il faut aussi savoir que l’on s’attend, comme gouvernement, à ce qu’il y aille une deuxième vague et nous  en sommes à nous préparer à cette deuxième vague-là, si elle survient. Dans ce contexte toutes les options pour lutter contre une résurgence de la pandémie doivent faire partie de la réflexion » explique Éric Caire.

Cette consultation a pour but de vérifier l’intérêt de la population à ce type d’application ainsi qu’à laisser les Québécois s’exprimer sur leurs éventuelles craintes par rapport au déploiement de cet outil.

« La participation est une condition sine qua non à l’utilisation d’un outil comme celui-là », souligne le ministre.

Éric Caire soutient catégoriquement que ce type d’application exclurait toute forme de géolocalisation, d’utilisation de marqueurs biométriques et de stockage de renseignements personnels. 

Jusqu’au 2 août, le gouvernement invite la population à participer à la consultation à partir de son site Web.

Le 18 juin dernier, le gouvernement Trudeau avait déjà annoncé vouloir déployer une application de traçage à la COVID-19 pour le Canada. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.