Publicité

25 juillet 2020 - 14:00

Les plaintes déposées par les syndicats de la FSSS-CSN avancent que les obligations des employeursvont beaucoup plus loin que de simplement suivre les recommandations de l'INSPQ

Les syndicats de la Fédération de la santé et des services sociaux réclament plus d'équipement

Par Salle des nouvelles

Des syndicats de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) déposent ces jours-ci des plaintes à la CNESST pour réclamer un rehaussement des mesures de protection des travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux en prévision d'une deuxième vague.

Ces plaintes déposées à la CNESST demandent à l'organisme d'obliger les employeurs à appliquer le principe de précaution et d'émettre les avis de correction pour que les équipements de protection et que les mesures de prévention soient établis en fonction d'une possible transmission de la COVID-19 par aérosol, et ce, jusqu'au moment où il y aura consensus scientifique sur le mode de transmission.

Les plaintes déposées par les syndicats de la FSSS-CSN avancent que les obligations des employeurs, en vertu de l'article 51 de la Loi sur la santé et sécurité du travail (LSST), vont beaucoup plus loin que de simplement suivre les recommandations de l'INSPQ. Pour la FSSS-CSN, il faut notamment favoriser le port d'un appareil de protection respiratoire (par exemple, un masque N-95) à l'ensemble du personnel du réseau.

« Le temps passe et il est très préoccupant de constater que ni la CNESST, ni la santé publique, ni le gouvernement n'annoncent de changements concrets pour assurer une meilleure protection du personnel face à une deuxième vague. Ça ne prend pas la tête à Papineau pour réaliser qu'on a échoué dans la première vague. De plus en plus d'études scientifiques pointent vers la possibilité d'une transmission aérienne du virus. Nous déposons des plaintes pour que la CNESST passe à l'action et joue son rôle pour assurer la sécurité des travailleuses et travailleurs du réseau », explique Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

L'OMS confirme le risque de transmission dans l'air

La semaine dernière, l'OMS a confirmé le risque de transmission du virus dans l'air, suite à l'appel lancé par plus de 200 chercheurs en provenance de plusieurs pays dans le monde. Les études sont de plus en plus nombreuses à démontrer que le virus se transmet non seulement par les grosses gouttelettes émises par la toux et les éternuements, mais aussi par de microscopiques gouttelettes qui sont libérées dans l'air lorsque nous respirons ou parlons.

Ces microscopiques gouttelettes sont si légères qu'elles restent longtemps en suspension dans l'air, ce qui met à risque les personnes qui sont mal protégées.

« Les équipements de protection fournis actuellement au personnel du réseau ainsi que les procédures mises en place ne protègent pas le personnel contre le risque de la transmission dans l'air. Il faut corriger le tir maintenant, en prévision de la deuxième vague », indique Jeff Begley.

Des réponses insatisfaisantes

Le dépôt de ces plaintes fait suite au lancement il y a quelques semaines d'une opération d'interpellation des employeurs pour faire la lumière sur les erreurs commises lors de la première vague et mettre en place les changements nécessaires pour assurer la protection du personnel face à une deuxième vague.

Cette opération a été menée par les syndicats de la FSSS-CSN représentant le personnel le plus touché par la pandémie. Elle vise à éviter de revivre le drame de la première vague, où plus de 13 600 travailleuses et travailleurs du réseau ont été infectés par le virus. C'est face à des réponses insatisfaisantes des employeurs que les syndicats ont pris la décision de déposer ces plaintes.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.