Publicité

11 novembre 2020 - 17:00

L’anxiété, un fléau amplifié par la pandémie

La Fondation André-Boudreau lance la campagne Tic-Toc l'heure est grave!

Par Salle des nouvelles

La Fondation André-Boudreau met sur pieds la campagne de financement Tic Toc – L’heure est grave pour soutenir les jeunes aux prises avec des dépendances.

Alors que les mesures sanitaires liées à la pandémie de COVID-19 ont amplifié les problèmes liés à l’anxiété et aux dépendances, la Fondation André-Boudreau lance la campagne de financement Tic Toc – L’heure est grave, il est temps de les débrancher afin de solliciter des dons auprès de la population des Laurentides. Cela lui permettra de poursuivre sa mission, qui consiste à venir en aide aux jeunes du primaire et du secondaire de la région des Laurentides aux prises avec des dépendances.

L’argent amassé par cette collecte de fonds sera investi dans des programmes concrets visant à contrer l’hyperconnectivité, c’est-à-dire la surutilisation des écrans menant à la dépendance aux jeux vidéo, aux téléphones intelligents, aux médias sociaux, à Internet, etc. De plus en plus observée depuis quelques années, et encore davantage depuis le début de la pandémie, cette problématique peut mener à d’autres dépendances, notamment celles aux drogues et à l’alcool, et doit donc être prise très au sérieux.

De plus, selon un rapport de l’INSPQ, les jeunes sont parmi les groupes les plus touchés par la pandémie.

« La situation actuelle des jeunes est critique, car ils ont été les grands oubliés de la pandémie. La Fondation a donc décidé d’investir dans des projets préventifs visant à réduire l’anxiété et l’hyperconnectivité. », soutient Nadia Dahman, présidente de la Fondation.

L’anxiété, un fléau amplifié par la pandémie
Le sujet de l’anxiété chez les jeunes a fait l’objet de plusieurs reportages pendant la pandémie. Le stress généré par les mesures de distanciation sociale, l’école à distance et l’isolement ont en effet contribué à augmenter le stress et l’anxiété chez les adolescents.

« Quand on sait que l’anxiété est la principale cause qui amène les jeunes à s’évader vers les différentes dépendances, il est donc très important d’investir en prévention, et encore plus maintenant avec la réalité que vivent les ados en lien avec la pandémie, COVID-19. À l’ère du numérique, plusieurs nouvelles dépendances menacent le parcours de nos jeunes, et actuellement, ces derniers n’ont jamais été aussi connectés, d’où l’urgence d’agir », estime Dr Éric Goyer, directeur de la santé publique du CISSS des Laurentides.

Pour faire un don et aider la Fondation André-Boudreau à lutter contre les dépendances et l’anxiété chez les jeunes, le public est invité à visiter le site web de l’organisme.Et pour consulter des outils en lien avec l’anxiété, consultez le www.tuaslederniermot.com.

À propos de la Fondation André-Boudreau
La Fondation André-Boudreau est l'unique fondation du grand territoire des Laurentides à veiller au mieux-être des jeunes au niveau des différentes dépendances. Il y a bien sûr, les dépendances aux drogues, à l'alcool et aux médicaments sans ordonnance qui malgré leurs lots de préjugés, font toujours des ravages.

Les nouvelles réalités de l'hyperconnectivité et de la cyberdépendance sont les nouveaux fléaux vers lesquels s'évadent de plus en plus de jeunes. La fondation est présente au niveau de la prévention et du support au traitement des jeunes à l'interne et à l'externe depuis plus de 10 ans, avec plus de 40 000 jeunes rejoints par année.  Pour plus d’info, visitez le www.fondationandreboudreau.com.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.