Publicité

21 août 2021 - 17:00

Sondage Léger

Quatre Québécois sur cinq en faveur du passeport vaccinal

Par La Presse Canadienne

 Plus de quatre adultes québécois sur cinq (81 %) soutiennent «un peu» ou «beaucoup» le passeport vaccinal, d’après un sondage de Léger, effectué en collaboration avec La Presse Canadienne et publié vendredi.

Cette tendance est cependant moins forte chez les jeunes de 18 à 34 ans, dont presque le tiers (31 %) s’y opposent «un peu» ou «beaucoup».

Le Québec est ainsi plus favorable au passeport vaccinal que le reste du Canada, où les trois quarts (76 %) de la population seraient prêts à accepter une telle mesure dans leur province. Seule la Colombie−Britannique, avec 85 % en faveur, dépasse la Belle province.

De plus, plus de trois Québécois sur quatre (78 %) s’opposent à la levée complète de toutes les restrictions sanitaires.

En date de mercredi, 86 % des Québécois de 12 ans et plus avaient reçu au moins une première dose, et 77 % étaient adéquatement vaccinés, d’après les données de l’Institut national de santé publique. 

La province comptait aussi 3285 cas actifs de COVID−19, dont 91 hospitalisations. En tout, plus de 11 000 Québécois sont décédés de la maladie.

Résistance au vaccin

Au Canada, ils sont presque un sur dix (9 %) à refuser catégoriquement tout vaccin contre la COVID−19. 

Bien qu’un sur cinq (20 %) d’entre eux croit qu’il s’agit d’«une ruse du gouvernement pour mieux nous contrôler» et qu’un sur dix (10 %) ne fait pas confiance aux vaccins en général, la plupart (71 %) de ceux qui hésitent le font parce qu’ils considèrent que le produit est trop nouveau et n’est pas suffisamment testé.

Ces chiffres indiquent que «la majorité de ceux qui ne sont présentement pas vaccinés peut être convaincue de le faire avec des arguments raisonnés», selon le vice−président exécutif chez Léger Andrew Enns. «Ils vont sur les médias sociaux, où ils voient des sites qui déforment l’information», mais «il y a aussi des sources gouvernementales et l’Organisation mondiale de la santé qui expliquent comment ces vaccins sont sécuritaires».

De toutes les régions canadiennes, c’est dans les provinces atlantiques où les gens sont les moins opposés à se faire vacciner (4 %). Le Québec et la Colombie−Britannique sont bons deuxièmes (8 %).

C’est au Manitoba et en Saskatchewan où l’on retrouve le plus de résistance à propos des vaccins contre la COVID−19, alors qu’une personne sur six (15 %) ne souhaite pas recevoir d’injection.

Cela peut s’expliquer par «une combinaison entre la mentalité des Prairies d’être un peu plus indépendant et un peu moins enclin à suivre les directives du gouvernement» et une «assez forte» opposition aux vaccins «pour des raisons religieuses» de la part d’une certaine partie de la population, pense M. Enns, qui habite lui−même au Manitoba.

Aux États−Unis, le mouvement anti−vaccin est encore plus important, avec plus du quart (28 %) de la population qui ne compte pas se faire vacciner. La pandémie y est «devenue très politique», avec une grande polarisation entre les démocrates plutôt pro−vaccins et les républicains plutôt anti−mesures sanitaires, a indiqué M. Enns.

Méthodologie

Le sondage repose sur les réponses de 1515 Canadiens de 18 ans et plus, dont 409 Québécois. Pour le volet des États−Unis, 1005 personnes ont été interrogées.

Il a été réalisé la fin de semaine dernière, soit du 13 au 15 août dernier.

Une marge d’erreur ne peut pas être attribuée aux résultats, comme ils reposent sur un échantillon non probabiliste récolté dans le cadre d’une enquête par panel.

―――

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Clara Descurninges, La Presse Canadienne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.