Publicité

29 octobre 2021 - 10:00 | Mis à jour : 10:01

Ville de Sainte-Thérèse

Un test de fluorescéine aujourd'hui au Jardin des Sources 

Par Salle des nouvelles

La Ville de Sainte-Thérèse informe la population qu’un test de fluorescéine se déroulera dans les étangs du parc municipal Jardin des Sources ce vendredi 29 octobre en après-midi.

Effectué par des chercheurs de  l'Université du Québec à Montréal (UQAM), ce test devrait permettre de déterminer le  débit d’eau des sources alimentant les étangs de ce parc. Une telle procédure est sans  danger pour la faune et la flore, de même que pour les visiteurs. 

« Il est important d’identifier l’apport en eau de chacune des sources, car l’une d’elles a un taux de phosphore plus élevé qui influence la qualité de l’eau et favorise la  prolifération des algues et plantes aquatiques. Ces renseignements bonifieront le diagnostic en cours des étangs du Jardin des Sources que nous nous devons d’établir afin d’être en mesure de poser des actions viables pour ce milieu précieux pour notre  communauté », a déclaré la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant. 

Procédure
La fluorescéine, sous forme de poudre au départ, sera dissoute dans un bidon d’eau et quelques litres de cette eau seront injectés au niveau de la source identifiée. Avec sa  couleur fluorescente, les chercheurs pourront suivre visuellement son parcours au sein  des deux premiers étangs et du petit ruisseau qui les relie. L’utilisation d’un fluorimètre  permettra de mesurer la concentration fluorescéine dans l’eau et de quantifier la  dispersion du colorant et le débit d’eau dans le ruisseau. 

L’ensemble du test devrait s’étendre sur quelques heures, dépendamment de la vitesse  de transport du colorant dans les étangs. La plus grande partie du colorant devrait  disparaître dans les 24 à 48 heures suivant le test, mais des traces pourraient perdurer  un peu plus longtemps dans les parties d’eau plus stagnante. La fluorescéine se dégrade  naturellement par l’action de certains éléments dans l’eau comme le chlore, mais aussi  de la lumière. 

Des actions concrètes 
Au fil des dernières années, la Ville de Sainte-Thérèse s’est adjoint les services  d’organismes et de spécialistes afin de dresser un portrait scientifique des étangs du  Jardin des Sources. De tels renseignements permettront de prendre des décisions  éclairées pour assurer la préservation à long terme de ce lieu. 

Mentionnons le mandat octroyé au Conseil des bassins versants des Mille-Îles (COBAMIL)  en 2016 afin de réaliser une bathymétrie des étangs, l’évaluation du profil physico chimique ainsi qu’une mesure de la transparence de l’eau. 

De même, depuis 2017, grâce à un financement du programme MITACS, des chercheurs  de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) effectuent l’analyse des eaux  souterraines et dressent le portrait des étangs du Jardin des Sources.

L’objectif de ce mandat octroyé par la Ville est de connaître la provenance de l’eau et  comprendre l’évolution de ces bassins afin de déterminer les prochaines actions de  protection à mettre en place. 

Milieux humides : des écosystèmes à protéger 
Il faut savoir que les étangs du Jardin des Sources sont en état d’eutrophisation, un  phénomène naturel amplifié par les activités humaines, amorcé il y a quelques années.  Les étangs se transforment et évoluent vers des milieux humides.

De tels milieux jouent  un rôle de premier plan et procurent de nombreux services écologiques à l’ensemble de  la population, surtout en zone urbaine. Ces écosystèmes, ni complètement aquatiques  ni complètement terrestres, représentent un maillon essentiel des milieux naturels du  territoire québécois.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.