Publicité
1 novembre 2019 - 09:00

Développement du potentiel entrepreneurial au démarrage

Le Fonds communautaire d'accès au micro-crédit a 20 ans

Par Salle des nouvelles

Le Fonds communautaire d’accès au micro-crédit (FCAMC) a célébré mercredi son 20e anniversaire. Cet évènement, sous forme de cocktail dinatoire, se déroulait au Centre de formation des Nouvelle-Technologies de Sainte-Thérèse avec la participation des partenaires, donateurs, investisseurs, ainsi que des entrepreneurs qui ont été appuyés par le FCAMC.

En tant que membre du réseau MicroEntreprendre, le FCAMC réitère chaque année son engagement auprès des personnes voulant développer leur potentiel entrepreneurial au démarrage ou à l’expansion d’une entreprise. « Le microcrédit est un outil indispensable au développement économique des Basses-Laurentides. Ce sont des centaines d’entreprises que le FCAMC a démarrées et a soutenues », a souligné Ginette Demers, présidente du FCAMC.

288 prêts pour 1 250 000 $ depuis le début du FCAMC

Depuis le début de ses activités, le FCAMC a accordé 288 prêts pour un total de 1 250 000 $. Ces prêts ont permis de créer et de maintenir 585 emplois. Le FCAMC réalise un accompagnement de proximité avant et après le démarrage afin d’assurer la pérennité des entreprises financées.

Comme l'a précisé Mona Beaulieu, directrice générale du FCAMC, « Notre fonds de capitalisation, c’est-à-dire le fonds qui sert au financement des entrepreneurs, provient exclusivement de la communauté. C’est le principe de la communauté qui prête à la communauté. Là où plusieurs voient un risque, le FCAMC, y voit du capital humain. »

Le FCAMC intervient en complémentarité avec les organismes économiques de la région afin d’offrir du financement et des services techniques aux entrepreneurs des Basses-Laurentides.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.