Publicité

17 septembre 2020 - 15:00

Protection au travail

COVID-19: SPI Santé Sécurité lance l'application Safeday pour protéger les travailleurs

Par Salle des nouvelles

L'entreprise blainvilloise SPI Santé Sécurité a annoncé le lancement de sa première application pour téléphones portables et ordinateurs, disponible sur iOS et Android. Ce nouvel outil a été conçu et créé pour contribuer à l'effort collectif de lutte contre la COVID-19 et permet aux entreprises d'assurer le respect des mesures d'hygiène mises en place par le gouvernement.

Établissant une nouvelle norme en matière de gestion de la santé et de la sécurité, l'application permet aux travailleurs de remplir un questionnaire de contrôle des symptômes de la COVID-19 et autre maladie infectieuse sur leur téléphone - partout et à tout moment. L’expérience entièrement sur mobile leur offre un moyen rapide et simple de remplir leurs évaluations quotidiennes depuis le confort de leur domicile.

Leurs réponses confidentielles et cryptées seront immédiatement sauvegardées et transmises à un administrateur unique et sélectionné par leur entreprise, qui saura suivre ainsi que gérer les résultats et rapports sur une version de bureau de l'application.

Les organisations peuvent personnaliser leurs questionnaires d'évaluation dans le but de les adapter à leur réalité, accroître le contrôle de la santé et de la sécurité, gagner du temps et, surtout, réduire les risques de propagation.

« Les maladies infectieuses restent une menace critique pour les travailleurs et les organisations, a déclaré Kim Levesque, présidente de SPI Santé Sécurité. Nous avons développé SPI SafeDay pour offrir aux entreprises un moyen simple de protéger la santé de leurs travailleurs et d’assurer une conformité facilitée.»

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.