Publicité
27 février 2019 - 13:17 | Mis à jour : 13:25

La langue est la richesse essentielle d’une nation.

Mars, mois de la mise en valeur de la langue française à travers la Francophonie

En ce mois de la Francophonie, le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) désire rappeler l’importance de la question linguistique au Québec. La langue est la richesse essentielle d’une nation. C’est par elle que le peuple québécois définit son identité, transmet sa culture et son savoir-faire. Il faut poursuivre les efforts afin que la langue française s’épanouisse au Québec.

Le MQFL profite de ce mois de la Francophonie pour mettre en lumière les grands enjeux linguistiques en 2019. Les défis de la francisation des nouveaux arrivants, la généralisation de l’affichage commercial en anglais et l’attrait omniprésent de la chanson anglophone illustrent la fragilité du vivre en français au Québec. Bien que la Charte de la langue française ait été adoptée il y a plus de 40 ans et qu’elle demeure la loi la plus structurante du vivre ensemble au Québec, il ne faut pas minimiser les nombreux facteurs actuels qui atteignent la vitalité du français. La dynamique des langues oblige tous les Québécois à une très grande vigilance.

Fort heureusement, le nouveau gouvernement de la CAQ semble résolu à faire du français la langue d’usage du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires.

Feu le ministre Laurin serait probablement déçu de l’état actuel de la langue, mais certainement fier du rôle joué par le Québec dans la Francophonie internationale. Avec sa population de 8 millions d’habitants, le Québec a un rayonnement qui dépasse de beaucoup ses frontières. Depuis plus de 400 ans, sa volonté et sa détermination de vivre en français nous convainquent de ne pas lâcher prise malgré la montée de l’anglicisation à travers la planète, y compris en France.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.