Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Refus du renouvellement des contrats

Transport scolaire: les conducteurs réclament des hausses salariales

durée 12h00
16 août 2022
durée

Temps de lecture   :  

1 minute

Par La Presse Canadienne

Les syndiqués qui conduisent les autobus scolaires prévoient une crise toute prochaine dans le transport des écoliers si le gouvernement du Québec refuse d’en augmenter adéquatement le financement.

La Fédération des employées de services publics (FEESP), affiliée à la CSN, explique dans un communiqué publié mardi qu’en raison d’un financement inadéquat, les transporteurs de plusieurs régions du Québec refusent de renouveler leur contrat avec les centres de services scolaires.

Le syndicat précise que pour leur part, les conducteurs de véhicules scolaires réclament une hausse de 7000 $ par circuit, uniquement pour les salaires, par le biais d'une enveloppe dédiée exclusivement à la rémunération.

La présidente du Secteur transport scolaire de la FEESP-CSN, Josée Dubé, signale que le salaire moyen des chauffeurs est actuellement de 20 000 $ par année.

Le syndicat affirme que le transport scolaire est un maillon essentiel du réseau de l'éducation et que le ministère doit mettre les ressources nécessaires à son fonctionnement.

La Fédération, qui représente plusieurs milliers de travailleurs dans ce secteur, affirme que le danger d'une pénurie généralisée est bien réel. Elle signale que plusieurs chauffeurs se cherchent déjà un emploi ailleurs et puisque leur travail n’est pas attractif, il n'y a pas de relève, ce qui pourrait causer bientôt des dommages irréparables au transport des écoliers.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 février 2024

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage.  Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis ...

15 janvier 2024

La motivation des élèves dans le contexte de rattrapage scolaire peut varier

Alors que les élèves doivent mettre les bouchées doubles à l'école pour rattraper le retard causé par la grève du secteur public, certains élèves peuvent se sentir démotivés, mais d'autres, au contraire, sont enthousiastes face au retour en classe.  Pour les écoles dont les enseignants sont représentés par la Fédération autonome de ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...