Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

CNESST

Conclusion de l'enquête du décès d’un travailleur de l’entreprise Les Patates Turcot inc.

durée 14h00
20 juin 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Salle des nouvelles

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête sur l’accident survenu le 28 décembre 2023 et ayant coûté la vie à un travailleur de l’entreprise Les Patates Turcot inc., à Saint-Lin–Laurentides.

Le jour de l’accident, le travailleur était seul dans un bâtiment isolé situé à l’arrière de l’usine de production de l’entreprise. Il effectuait le traitement de l’eau d’un bassin contenant, entre autres, des matières organiques. Un second bassin comprenant des boues se trouvait à proximité. Au moment où l’aérateur de ce dernier a été remis en fonction, après deux mois d’arrêt, le travailleur a été exposé au sulfure d’hydrogène (H2S), un gaz très dangereux, qui s’était formé et accumulé dans le bassin. Un de ses collègues l’a retrouvé inconscient plusieurs heures plus tard sur la mezzanine, tout près du bassin. Le travailleur a été transporté à l’hôpital et y est décédé, un mois plus tard. 

Causes de l’accident

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

  • La digestion microbienne anaérobique des matières organiques dans le bassin de traitement des boues, attribuable à l’arrêt de l’aérateur pendant environ deux mois, a généré une concentration de sulfure d’hydrogène (H2S) supérieure à 500 ppm, laquelle fut libérée lors de la remise en marche de l’aérateur, intoxiquant le travailleur se trouvant à proximité des deux bassins lors de travaux de traitement de l'eau. 

  • La méthode de travail était déficiente et a fait en sorte que le travailleur s’est retrouvé exposé à une atmosphère dangereuse à proximité des deux bassins lors de travaux de traitement de l’eau.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’accès au bâtiment servant au traitement de l’eau. Elle a par ailleurs exigé à l’entreprise Les Patates Turcot inc. des modifications à l’emplacement du commutateur de mise en marche de l’extracteur pour en sécuriser l’accès. Elle a aussi exigé l’élaboration et la mise en place d’une procédure sécuritaire de travail pour détecter la présence de sulfure d’hydrogène (H2S), en plus d’exiger la formation et la supervision des travailleurs et travailleuses à ladite procédure de travail. L’employeur s’est conformé à ces exigences.

Comment éviter un tel accident

 

Pour prévenir les risques d’intoxication aux gaz dangereux, des solutions existent, notamment :

  • s’assurer que les équipements en place soient opérationnels de façon à éviter la formation de gaz dangereux;
  • s’assurer d’avoir un moyen d’identifier et de mesurer les gaz dangereux tel que le port ou l’installation d’un détecteur de gaz;
  • maintenir une ventilation fonctionnelle pour évacuer les contaminants à l’extérieur, dont les gaz dangereux;
  • former les travailleurs et travailleuses et les informer des mesures à prendre lors d’un risque d’exposition à des gaz dangereux.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs et travailleuses. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs et travailleuses doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Suivis de l’enquête

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête aux gestionnaires de mutuelles ainsi

qu’aux regroupements suivants, afin que leurs membres en soient informés :

  • Les associations sectorielles paritaires;
  • L’Association des entreprises spécialisées en eau du Québec au sein de Réseau
  • Environnement;
  • La Fédération des producteurs de pommes de terre du Québec;
  • Le regroupement Propur;
  • L’Union des producteurs agricoles;
  • L’Association canadienne de sécurité agricole;
  • Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec.

Le rapport d’enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d’études DEC Technologie de l’eau, DEP Conduite de procédés de traitement de l’eau et AEC Formation gestion et assainissement des eaux, afin de sensibiliser les futurs travailleurs et travailleuses.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Deux décès constatés dans une épidémie de listériose liée au rappel de lait végétal

L’Agence de la santé publique du Canada affirme que deux personnes sont décédées à la suite d’une éclosion d’infections à Listeria liée au rappel de boissons réfrigérées à base de plantes. Le lait d’amande, le lait de coco, le lait d’amande-coco et le lait d’avoine de marque Silk ont été rappelés plus tôt ce mois-ci, tout comme le lait d’amande ...

Surveillance par radar photo mobile sur l’autoroute 440

La route du chantier de construction de la nouvelle bretelle aérienne sur l’autoroute 440 (Jean-Noël Lavoie), en direction ouest, à Laval pourra désormais faire l’objet d’une surveillance par radar photo mobile. Cette initiative a pour but de mieux faire respecter la limite de vitesse et d’assurer la sécurité des usagers de la route ainsi que ...

Les vols de véhicules sont en baisse de 17 % au Canada, selon un nouveau rapport

Les vols de véhicules ont diminué de 17 % au cours des six premiers mois de 2024 par rapport à la même période l'an dernier, selon les données compilées par une organisation de lutte contre le crime financée par les compagnies d'assurance. Selon Équité Association, cette réduction peut être attribuée à plusieurs facteurs, dont la meilleure ...