Publicité

27 février 2020 - 12:00

Suite des procédures pour des faits survenus en octobre 2019

Stupéfiants et armes à feu: 30 mois de prison pour Vincent Belley

Par Salle des nouvelles

L'un des deux accusés a été condamné à 30 mois de prison, à la suite d'une perquisition que l’équipe Accès Cannabis du SPVSJ avait mené le 24 octobre dernier, à Saint-Jérôme. L'homme en question est Vincent Belley, 25 ans. Il avait été arrêté avec Katia Tellier, 34 ans, car une importante quantité de stupéfiants avait été saisie, à savoir du crack, de la cocaïne et des méthamphétamines, de l’argent, ainsi que deux armes prohibées, de type pistolet et revolver.

Depuis le 18 février 2020, Vincent Belley a été condamné à 30 mois de détention, en lien avec sept chefs d’accusation: possession de cocaïne, crack, cannabis et métamphétamines en but d’en faire le trafic; possession de deux armes à autorisation restreintes, possession d’une arme à feu à autorisation restreinte chargée et possession d’un dispositif prohibé, un silencieux.

Au mois d’octobre 2019, Kathia Tellier a été libérée avec un engagement incluant plusieurs conditions. L’accusée sera de retour le 22 mai 2020, au Palais de justice de Saint-Jérôme, pour la suite des procédures.

Toutes informations en matière de vente de cannabis illicite ou autres drogues peuvent être transmises, de façon anonyme et confidentielle, au département des enquêtes criminelles du SPVSJ en communiquant au (450) 432-3000 poste 2249 ou 2301.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.