Publicité

10 août 2020 - 13:00

La Sûreté du Québec oeuvre sur les plans d'eau

Dans les Laurentides, la prévention nautique est assurée par les cadets et les policiers

Par Salle des nouvelles

Depuis le début de l’été, les 48 cadets présents dans la région des Laurentides, de la Mauricie, de Lanaudière et de l'Outaouais et les policiers de la Sûreté du Québec ont effectué plusieurs activités de sensibilisation à la prudence sur les plans d’eau. Voici un exemple du travail effectué dans la région, en collaboration avec les policiers.

Sur le terrain, les efforts de sensibilisation étaient jumelés au travail terrain des patrouilleurs nautiques de la Sûreté du Québec, présents sur l’eau quotidiennement, de mai à septembre inclusivement. Il y a jusqu’à cinq embarcations nautiques et équipages par jour à l’œuvre en même temps sur différents plans d’eau dans la région.

Dans les Laurentides, à la fin juillet, durant les vacances de la construction et dans le cadre du nouveau projet AMARRE, les cadets ont profité de l’achalandage important dans le secteur pour sensibiliser les plaisanciers.

Les cadets Gabriel Dubois, Samuel Giroux, Claudie Lapointe et Samuel Sicard-Lalonde de la MRC d’Argenteuil ont été en mesure de sensibiliser plus d’une centaine de plaisanciers et ont répondu aux questions.

Ils ont notamment informé les citoyens sur les différences entre le Québec et l’Ontario concernant la consommation d’alcool sur les plans d’eau. L’activité de prévention sur la sécurité nautique, ainsi que l’alcool sur les plans d’eau, a été tenue à la marina municipale de Brownsburg-Chatham donnant sur la rivière des Outaouais. Afin de terminer la journée de sensibilisation, l’agent Raymond et les cadets ont procédé à un barrage Zéro Alcool à la sortie des marinas du secteur.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.