Publicité

13 août 2020 - 07:51 | Mis à jour : 08:20

Des résidents à bout de ce fléau

Vols de VTT, motomarines et bateaux dans les Laurentides: les citoyens veulent des réponses

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Depuis plus d'une décennie, un réseau de voleurs, principalement actif dans les résidences et les chalets autour du Lac Louisa, dans les Laurentides, cause de nombreux maux de tête aux propriétaires riverains qui espèrent des actions concrètes et rapides des autorités et des municipalités touchées.

En effet, plusieurs propriétaires de chalets et résidences bordant le Lac Louisa ont été victimes de différents vols; vols de VTT, motomarines, bateaux, remorques et introductions par effraction. Le problème semble s'être empiré dans les trois dernières années. « Toutes les semaines ou presque, il y a des vols. Ça ne fait pas de sens », explique un des propriétaires touchés par cette vague de méfaits, Claude Baril. 

L’Écho de la Rive-Nord a appris que plusieurs propriétaires connaissent celui qui est à la tête de ce lucratif réseau de voleurs. Selon eux, il s’agirait d’un résident qui vivrait dans le secteur de Gracepark, dans la ville de Gore. Selon nos sources, il agirait avec son propre fils, les amis de ce dernier et un voisin. 

Pris la main dans le sac

Possiblement un vol de trop qui a conduit un citoyen directement chez le voleur.

« Dans la nuit du 29 au 30 juillet, trois motomarines ont été volées », explique une source qui a préféré garder l’anonymat et qui réside dans le secteur touché. « Dans la journée du 30 juillet, le propriétaire de l’une des embarcations s’est rendu lui-même directement chez le voleur en question et a découvert les trois motomarines déclarées volées. » Les embarcations se trouvaient à l’intérieur d’un conteneur, chez le voisin du présumé voleur.  Ayant des doutes depuis longtemps sur l’identité du voleur, il a décidé de faire ses propres vérifications, qui se sont avérées fondées.

Le chef ou un des membres à la tête du réseau, ainsi que son voisin auraient été arrêtés par les policiers de la Sûreté du Québec de Lachute. Ces derniers auraient également procédé à plusieurs perquisitions suite à l’intervention du citoyen. Or, à l’heure actuelle, la Sûreté du Québec n’a pas été en mesure de nous confirmer cette information. Nous ne pouvons donc dévoilé le nom des présumés coupables.

Des citoyens exaspérés et sans réponses

Plusieurs citoyens avisés, dont certains ont été victime de vol de VTT, de motomarines, de remorques, dans les deux dernières années se disent complètement à bout de ce fléau de vols et ils veulent savoir ce que la Sûreté du Québec et les villes de Wentworth et Wentworth-Nord feront pour l'enrayer. « Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas plus de surveillance que cela. Les autorités le disent elles-mêmes que le taux de criminalité dans la région a augmenté. Ça ne fait aucun sens », conclut M. Baril.

Réaction de la municipalité et de la SQ

La directrice générale de la municipalité de Wentworth, Natalie Black, s’est dite bien au fait du dossier. « Nous sommes en communication constante avec la Sûreté du Québec qui nous assure avoir augmenté le nombre d’effectifs dans le secteur du Lac Louisa. À ma connaissance, le suspect aurait été arrêté et plusieurs équipements auraient été retrouvés. Nous travaillons avec la Sûreté du Québec pour que cette situation cesse le plus rapidement possible », souligne Mme Black.

De son côté, l’enquêteur affecté à l’enquête, M. Lebel confirme que tous les policiers du poste de Lachute sont au courant de la problématique, mais ne peut confirmer quoi que ce soit pour l’instant dans ce dossier. Une enquête est toujours en cours.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.