Publicité

15 octobre 2020 - 10:31

Aucun blessé

Un homme de 23 ans arrêté à la suite d'un incendie à Sainte-Anne-des-Plaines

Par Salle des nouvelles

Mardi, le Service de police de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion a porté assistance aux services des incendies concernant un incendie d’un bâtiment résidentiel situé au 556, rue Séraphin-Bouc dans la ville de Sainte-Anne-des-Plaines.

À l’arrivée des premiers policiers, des flammes étaient visibles et des témoins mentionnaient avoir entendu et senti une déflagration importante provenant du bâtiment.

Suite à l’extinction du brasier, le responsable en recherche et cause du Service des incendies a transféré le dossier au Service de police pour la poursuite de l’enquête, celui-ci ayant décelé des éléments de nature suspecte sur les lieux.

Les techniciens en scènes d’incendies du Service de police ont procédé à l’expertise de la scène.

Les enquêteurs ont rencontré plusieurs témoins ainsi que le propriétaire de l’immeuble. Les informations recueillies ont permis l’arrestation d’un suspect dans la soirée.

Le prévenu est Jérémy Larocque, 23 ans, originaire de Sainte-Anne-des-Plaines. Il a été interrogé par les enquêteurs, gardé détenu et a comparu hier au palais de justice de Laval pour répondre à des accusations d’incendie criminel.

Il a été libéré par une ordonnance de mise en liberté assortie de conditions. Il a subi de légères brûlures au niveau des jambes. Aucune autre personne n’a été blessée, mais le bâtiment est une perte totale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.