Publicité

15 mars 2021 - 11:00

Le Service de police de Laval

Agression sexuelle à Laval : victimes recherchées

Par Salle des nouvelles

Le Service de police de Laval a procédé à l’arrestation de Michel Ianiri, âgé de 60 ans, le 25 février dernier, pour agression sexuelle qu’il aurait commises au cours des années 1980 à 2021.

Durant les années 80, Michel Ianiri, surnommé Mike, était gérant d’une arcade située sur le boulevard Laurier dans le secteur de Laval-des-Rapides. Certains témoins auraient rapporté que l’accusé aurait invité des jeunes d’âge mineur chez lui, afin de consommer de la drogue et de faire des attouchements sexuels. Les victimes étaient principalement des jeunes hommes.

Faits nouveaux
Après une première médiatisation, en janvier 2020, trois nouvelles victimes se sont manifestées. En février dernier, Michel Ianiri a récidivé en utilisant le même stratagème. Des éléments d’enquête portent à croire que d’autres personnes pourraient avoir été victimes de Michel Ianiri et les enquêteurs aimeraient entrer en contact avec elles.

Comparution
L’accusé a comparu le 26 février par vidéo-conférence, sous plusieurs chefs d’accusation, dont agression sexuelle, menace de mort, possession dans le but de trafic. Il est détenu depuis et sera de retour à la cour le 18 mars prochain.

Toute personne qui aurait été victime de cet homme est invitée à contacter le Service de police de Laval, en toute confidentialité sur notre Ligne-Info 450 662 INFO (4636) ou en composant le 911, en mentionnant le dossier LVL 210223-077.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.