Publicité
10 décembre 2019 - 12:00

À Terrebonne, "le peu d'efforts d'Exo pour que nous soyons plus vert…"

Par Salle des nouvelles

L'écho de la Rive-Nord a choisi de publier aujourd'hui un texte d'opinions sur les transports, où un citoyen de Terrebonne déplore le « peu d'efforts d'Exo pour que nous soyons plus verts ».

" J'habite Terrebonne depuis trois ans. Je suis l'une de ces familles que Valérie Plante aimerait conserver sur l'île. Jeunes trentenaires avec deux enfants, ma conjointe et moi souhaitions être propriétaires, mais avec le prix des maisons en hausse constante, il nous était impossible d'acheter à Montréal. Originaire du Lac Saint-Jean, je me réjouissais quand même d'être en banlieue.

Un argument de vente supplémentaire lors d'une visite d'un petit bungalow de Terrebonne nous a convaincu : nous serions à cinq minutes de voiture du terminus Terrebonne. Ayant la mèche plutôt courte en voiture, j'aimais bien l'idée de voyager en autobus. De toute façons, ce serait uniquement dix minutes plus long en ce qui me concerne.

Je me disais aussi que c'était un petit geste pour l'environnement et je crois réellement, après 3 ans, que mon geste aide à désengorger les routes. Une heure dix de stress pour faire 23 km en voiture ou une heure vingt pour m'évader dans le dernier coup de coeur de mon libraire, le choix était évident pour moi.

Manque de stationnements

Premier constat, le manque de stationnements. Un heureux problème dans le fond. Cela veut dire que le service de bus est apprécié, non ? Une augmentation d'achalandage correspond à une augmentation des revenus pour le transport en commun ! Tout le monde devrait être content. On entend partout que les principaux problèmes sont les investissements trop faibles des gouvernements et les tarifs élevés d'un passage unique, d'un livret ou d'une passe mensuelle. Tout est très cher et ce constat en refroidit plus d'un.

Mais selon les transporteurs, baisser le prix du passage ferait en sorte qu'ils perdraient trop d'argent. Il y aurait donc moins de chauffeurs, moins de réparations, moins d'achats de nouveaux bus électriques, etc. Je suis plutôt d'avis qu'un plus grand nombre de gens abandonneraient la voiture au profit d'un transport en commun.

Lors de la dernière rentrée, un nombre record d'utilisateurs a opté pour le transport en commun. Le stationnement déborde depuis septembre dernier et ça ne diminue pas, bien au contraire. Frustrés, les automobilistes qui veulent laisser leur voiture au stationnement incitatif pour prendre le bus se stationnent aux extrémités, près des pancartes de remorquage à vos frais ou d'interdit. Mais attention, tout se fait dans l'ordre et le civisme ! Aucun véhicule ne se trouve à bloquer la voie ou un autre véhicule. Personne ne se stationne sur la pelouse ou de travers. Tous font preuve de belle débrouillardise.

Plus de contrôleurs, plus de contraventions

Et bien EXO, nouveau nom du transporteur, -d'ailleurs, on se demande combien a coûté ce changement de nom ?-, trouve le moyen de décourager ses utilisateurs qui, par manque de places disponibles, se stationnent dans des endroits interdits. Dès septembre dernier, quelques avertissements ont été laissés sur les pare-brises de ces « voitures » supposément mal garées. On croyait, puisque personne ne s'y confirmait depuis 4 mois et que le nombre de voitures dans le stationnement restait le même, qu'ils auraient lâché prise.

Eh bien, non ! Quelle est la solution d'EXO ? Mettre plus de contrôleurs pour distribuer des contraventions ! Les places payantes avec vignettes mensuelles sont libres à l'année parce que les gens ne veulent pas payer une surtaxe déguisée -on ne se le cache pas, c'est ce que c'est!-. Ils pourraient les rendre accessibles, mais trop d'argent perdu. Les plus grands utilisateurs du transport en commun sont les étudiants, nos futurs travailleurs. C'est par eux que s'effectuera le changement. Travaillons et surtout planifions intelligemment pour les encourager à utiliser les transports en commun. Et pour ça, il faut accepter de changer la mentalité de faire de l'argent et accepter qu'il y ait des pertes financières au début.

« Pourquoi ne pas transposer ces emplois en chauffeurs, en guichetier [...], en informaticiens...? »

Au lieu de travailler à des solutions durables et favorisant le changement d'habitude, EXO a choisi, à trois semaines de Noël, de remettre des contraventions ! Et oui, un VUS (sic) à l'effigie du transporteur est arrivé en trombe devant mon véhicule pour m'empêcher de quitter les lieux parce que j'étais l'un des 40 véhicules stationnés dans un zone interdite.

Plutôt que d'investir cet argent sur des agents de stationnement, pourquoi ne pas transposer ces emplois en chauffeurs, en guichetier les débuts de mois, en informaticiens, pour assurer le bon fonctionnement des guichets automatiques qui sont inutilisables 1 fois sur 3 ou en ingénieur à la limite, pour trouver des pistes de solutions au manque de stationnements.

Comprenez-moi bien, je suis d'accord qu'il faut un minimum de sécurité. J'ai même passé outre le fait qu'un homme avec un dossard jaune se place à trois pieds d'un passage piétonnier et qu'il fasse du zèle pour sermonner les utilisateurs qui osent mettre un pied hors des belles marques blanches au sol…

En passant, ne serait-il pas plus simple de mettre deux petits poteaux avec une chaîne de métal entre les deux ?

Croyez-vous réellement que c'est d'un service comme celui-là dont nous avons besoin ?"

Benoît Arcand
Citoyen de Terrebonne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.