Publicité

6 novembre 2020 - 12:00

Saint-Lin-Laurentides

Les bars-billards ouverts en zone rouge? Illogique selon un propriétaire

Par Salle des nouvelles

Voici l'intégrale d'une lettre d'opinion de Alain Bélisle, propriétaire de Station-Billard à Saint-Lin-Laurentides. 

« Le décret de fermeture en zone rouge spécifiait la fermeture obligatoire des bars et spécifiait des mesures pour les activités sportives en solo ou en duo. Certains bars, billards et bowlings ont profité de la mention en solo ou en duo pour dire que le paragraphe du décret faisait mention de leur secteur d’activité pour ouvrir leurs commerces en zone rouge en plus.

Je suis propriétaire d’un complexe récréatif  (Bar-Billard) avec deux immenses bars, 16 tables de billard, une arcade, cinq loteries vidéo, deux jeux de dards, deux ping-pongs et une piste de danse. Je trouve totalement illogique de permettre à notre type de commerce d’être ouvert en période de pandémie.

Certains non-croyants de la pandémie ont le droit d’être totalement en désaccord avec moi, MAIS pour un commerçant qui doit suivre les lois gouvernementales, tu dois te dire que tu ne peux avoir le beurre et l’argent du beurre. Ce qui veut dire que si le gouvernement te promet de t’aider avec l’obligation de fermer ton commerce, tu as alors le devoir et dans le cas d’une pandémie, l’obligation de suivre les directives du gouvernement, et ce même si tu n’es pas d’accord avec lui. Le bien général l’emporte.

Je reviens sur le sujet d’un bar. Dans  mon bar, la clientèle est composée de personnes festives qui aiment parler à tout le monde. Cela devient une grosse famille et tout ce beau monde est principalement debout. Toute cette clientèle est en mouvement constant. Mon bar est sur deux étages et comme tout le monde passe son temps à aller fumer à l’extérieur, ils se croisent sans arrêt. Dans les escaliers, dans les salles de toilette, autour des tables de billard, partout quoi ! Un BAR ce n’est pas une épicerie avec des petites flèches sur le plancher. Tu aurais beau en mettre, que ça ne donnerait rien, car les clients qui fréquentent les bars en période de pandémie s’en foutent de la COVID-19. Les tenanciers ne peuvent plus vendre de boisson alcoolisée, mais celles-ci se consomment alors à l’insu du propriétaire de bar-billard, souvent en allant fumer dans le stationnement.

Impossible d’empêcher la socialisation.

Un gros pourcentage de la clientèle de bar est fumeur et tous vous diront ‘’la meilleure manière de se faire des nouveaux amis c’est en allant fumer ‘’. Ils aiment fraterniser et on les aime comme ça.   

Le gouvernement a obligé nos commerces à fermer le 15 mars et , personnellement, j’ai fait le choix de garder mon commerce fermé quand le gouvernement nous a donné le droit d’ouvrir vers la fin de juin. La multitude de conditions émises par le gouvernement entre en contradiction avec mon type de commerce et la situation mondiale démontrait le retour de la deuxième vague.

Personnellement, je comprends que cela est dangereux pour mon bar, car ma clientèle est allée s’amuser dans d’autres bars tout l’été, mais je leur promets toute une réouverture au printemps prochain.

Depuis une semaine, je demande à toutes les instances provinciales de ne pas permettre la réouverture des bars billards pour toutes les raisons ci-haut mentionnées. Ils profitent d’une mauvaise interprétation du décret.

Les  volets sportifs du décret ont principalement été écrits pour les activités sportives durant et après l’école de nos enfants (intérieur et extérieur) et principalement extérieure pour les adultes.

Tout ce beau monde se lance la balle et personne n’est capable de donner l’interprétation initiale de ce décret. RÉSULTAT: un Québec plus divisé que jamais!

Des commerçants qui ne comprennent plus rien. En exemple: pourquoi un restaurant déjeuner ou toute la clientèle est assise et bien tranquille doit être fermé et que la santé publique permet qu’un bar billard soit ouvert !

Pourquoi une personne ne peut faire aucun entraînement dans un centre de conditionnement physique en solo, mais elle peut aller faire la fête dans un bar-billard?

Dimanche, en fin de semaine passée, j’ai été témoin qu’il y avait environ 25 autos au bar billard qui a ouvert en zone rouge. Il peut avoir tout ce beau monde à l’intérieur de son commerce. Pourquoi une salle de cinéma doit fermer pour une grandeur similaire?

On peut voir ma demande au gouvernement de deux manières. La première est l’iniquité ! En période de pandémie, je crois qu’un bar-billard doit être le dernier à avoir le droit de réouverture et les centres d’entraînements  et autres commerces ont priorité sur nous.

La deuxième raison est la loi ! Le gouvernement avait la chance hier à son point de presse, de corriger la mauvaise interprétation de son décret qui a permis a des bars billards d’ouvrir malgré le fait que le gouvernement ait  ordonné leur fermeture. S’il advenait un événement tragique, un accident, où le plus probable en ce moment ‘’une éclosion de covid’’ toute personne durement atteinte du virus pourrait lever une action contre le commerce pour tous les problèmes qu’il ou elle a subi. Un fait est toujours clair, pour des compagnies d’assurance, si tu ouvres ton commerce suite à une ordonnance de fermeture, tu risques de perdre ta protection d’assurance. Pour ce simple fait, le gouvernement doit clarifier et expliquer à tous commerçants les risques d’ouvrir sous un décret. 

Il y a aussi une autre raison! Mon gouvernement me demande de croire que le virus existe et les nouvelles mondiales m’ont convaincu de ce fait, car elles démontrent régulièrement tout ce qui se passe dans les hôpitaux. Alors, si un jour on veut en venir à bout, on doit tout faire pour réduire nos contacts.

Je suis impatient de voir mes clients et amis danser et chanter en espérant un jour une réouverture sans condition. Pour toutes ces raisons, je vous demande d’intervenir auprès du gouvernement avant que tous les bars avec un minimum d’une table de billard ne deviennent des lieux de rencontre à l’abri de toute amende à cause d’une mauvaise interprétation du décret par un fonctionnaire ».

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.