Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
13 avril 2010 - 09:12

Les conseillers McKinley et Lavallée s'opposent au projet d'AccelLAB

Par Josiane Yelle

Les conseillers municipaux des districts 7 et 8 de la Ville de Boisbriand, Mario Lavallée et Dave McKinley, s'opposent à l'implantation du projet d'AccelLAB dans le secteur qu'ils représentent.

«La consultation publique était une étape très importante à nos yeux. Comme conseillers municipaux, nous avons le devoir de permettre à des entreprises sérieuses comme AccelLAB de présenter leurs projets. Toutefois, nous avons avant tout le mandat de représenter les citoyens. Et le message de nos concitoyens est clair : ils rejettent massivement ce projet», a déclaré Mario Lavallée, faisant référence aux nombreuses réactions et interrogations qu'a suscitées la présentation du projet.

Il est ressorti de la consultation publique que le projet est divisé en trois phases. La première serait la construction de l'édifice abritant les 400 porcs, alors que les phases 2 et 3 ajouteraient des laboratoires et des bureaux, de même que d'autres animaux tels que des moutons, des chèvres et des veaux. Sans négliger les mérites médicaux du projet et sans questionner la bonne volonté des dirigeants d'AccelLAB, les deux conseillers croient qu'il faut reconnaître que le projet soulève des questions importantes et inquiétantes.

«Le conseil municipal n'a pas voté de résolution en faveur de ce projet. Quant à nous, la consultation publique était déterminante et notre devoir est de respecter le vœu des citoyens. Nous invitons la mairesse et tous les élus à faire de même», ont conclu les conseillers Lavallée et McKinley.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.