Publicité
23 septembre 2019 - 14:00

Avec plus de 70 milliards de déficit depuis son élection, le gouvernement libéral de Justin Trudeau fragilise l’avenir des jeunes canadiens, estime le candidat

« Ne laissez pas les libéraux de Justin Trudeau à la tête des finances publiques plus longtemps », dit Maikel Mikhael.

Par Salle des nouvelles

Maikel Mikhael, dans une déclaration publique, a tenu à mettre en garde les citoyennes et les citoyens du comté de Rivière-des-Mille-Îles des risques réels de reporter au pouvoir le premier ministre sortant Justin Trudeau. Pour ce dernier, il en va de la pérennité des finances publiques du Canada. Avec plus de 70 milliards de déficit depuis son élection, le gouvernement libéral de Justin Trudeau fragilise l’avenir des jeunes canadiens, estime le candidat. 

« Pour moi, un gouvernement responsable est un gouvernement qui ne gère pas les finances publiques en fonction des prochaines élections, mais bien en fonctions des prochaines générations », a d’abord souligné monsieur Mikhael.

« J’ai une famille et, lorsque nous faisons notre budget, nous sommes prévoyants, responsables et modérés. À mon avis, c’est exactement comme ça qu’un gouvernement devrait se comporter avec les finances publiques qui lui sont confiées et non pas données, faut-il le rappeler », a poursuivi le candidat conservateur. 

Malheureusement, de l’avis de Maikel Mikhael, « le premier ministre Trudeau et son gouvernement se comportent exactement à l’opposé. Ils endettent la population canadienne de façon immonde et scandaleuse, et ce, dans une période de croissance économique soutenue », dit-il.

« Déjà, Justin Trudeau a brisé sa promesse d’un retour à l’équilibre en 2019, pire, il nous laisse un déficit anticipé d’environ 20 milliards qui viendra grossir la dette de 70 milliards de plus, alors que le précèdent gouvernement conservateur leur avait laissé un surplus d’environ 2 milliards. Dans le seul mois d’août 2019, le premier ministre a procédé à des annonces de plus de 12 milliards de votre argent avec 4500 annonces à l’aube de la campagne électorale. » 

« Pour payer pour ses dépenses incontrôlées, Justin Trudeau devra réduire le financement de l’éducation ou augmenter les impôts des familles de la classe moyenne. C’est exactement ce qui est arrivé dans les années 1990 quand une dette énorme a obligé les libéraux à faire des compressions douloureuses dans les dépenses pour la santé et l’éducation », a aussi indiqué monsieur Mikhael. 

« Comme député de Rivière-des-mille-îles, si naturellement la population m’accorde sa confiance, je m’emploierai à épauler notre gouvernement conservateur afin de retrouver l’équilibre budgétaire au terme de notre premier mandat, le tout sans couper dans les services directs aux citoyens ni non plus en coupant les transferts aux provinces afin que celles-ci s’acquittent de leurs missions en éducation, en santé et dans les autres sphères de leurs activités respectives. Les gouvernements libéraux ont toujours donné le signal que l’argent poussait dans les arbres ou dans vos poches, le scandale des commandites en est un bon exemple. Nous sonnerons la fin de la récréation sans pour autant priver les citoyens des services auxquels ils ont droit afin que les citoyens en aient plus pour eux des maintenant », a conclu Maikel Mikhael. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.