Publicité

8 juillet 2020 - 09:30 | Mis à jour : 09:34

Dans le care de la lutte contre le racisme

Racisme: dans le sillon de Québec, Rosemère suspend ses placements publicitaires sur Facebook

Par Salle des nouvelles

En appui à la lutte contre le racisme, la Ville de Rosemère emboîte le pas de plusieurs organismes, institutions et villes et suspend son placement publicitaire sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram, jusqu’à la fin juillet.

« En 2020, la discrimination raciale est encore malheureusement présente dans notre société, et ce, sous différentes formes. En juin dernier, nous avons adopté une résolution contre le racisme et aujourd’hui, nous appuyons nos paroles par des gestes concrets. Si Rosemère suit le mouvement #StopHateforProfit, c’est avant tout pour dénoncer et inciter les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram à ne plus fermer les yeux sur les contenus haineux et racistes diffusés sur leurs plateformes. J’invite d’ailleurs les autres villes à se joindre à ce mouvement afin de nous aider à développer une communauté sans discrimination », a souligné le maire de Rosemère, Eric Westram.

La campagne #StopHateforProfit a été lancée le 19 juin dernier à la suite du décès de George Floyd et les protestations mondiales. Les initiateurs de cette campagne, la Ligue anti-diffamation, la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et d'autres organisations, demandent aux grands annonceurs d’arrêter les campagnes publicitaires sur Facebook et Instagram pendant un mois.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.