Publicité

29 juillet 2020 - 09:00

Allégations d'apparence de conflit d'intérêts

La conseillère Marie-Claude Collin se retire temporairement du caucus des conseillers

Par Salle des nouvelles

Devant les allégations d'apparence de conflit d'intérêts soulevées par un quotidien montréalais, la conseillère du district du Blainvillier, Marie-Claude Collin, a pris la décision de se retirer du caucus des conseillers le temps que la Ville procède à des vérifications administratives internes.

De plus, la Direction générale a demandé un avis professionnel externe sur la situation. Finalement, plus tôt ce mardi, la Commission municipale du Québec (CMQ) a informé la Ville qu’elle ouvrirait une enquête sur ces allégations.

La Ville de Blainville assure qu’elle offrira toute l’aide nécessaire à cette enquête. « Soucieuse des questions d'éthique et ne voulant pas nuire à l'administration municipale, je prends la décision de me retirer temporairement du caucus et des commissions dont je suis membre, le temps que la lumière soit faite dans ce dossier. Je m'engage à fournir tous les éléments pouvant faciliter le travail des différentes instances », a déclaré Marie-Claude Collin.

Rappelons qu'un média montréalais allègue que la conseillère a voté sur des résolutions qui concernent un constructeur immobilier avec qui elle a un litige judiciarisé.

L'analyse qui sera faite vise à déterminer si l'élue a contrevenu au code d'éthique des élus, à la politique municipale de gestion des conflits d'intérêts ou encore aux lois municipales en vigueur.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.