Publicité

25 septembre 2020 - 09:00 | Mis à jour : 09:10

Un coût de près de 19 M$

Saint-Jérôme: un nouveau complexe temporaire de soins pour libérer des lits à l'hôpital

Par Salle des nouvelles

Le député de Saint-Jérôme, Youri Chassin, a annoncé la construction d'un complexe temporaire qui viendra pallier le manque d'espaces disponibles, pour mieux répondre aux besoins qui découleront de la deuxième vague de la COVID-19 au cours des prochains mois, en permettant de libérer des espaces au sein même de l'Hôpital.

Le projet de complexe temporaire à assemblage rapide de l'Hôpital régional de Saint-Jérôme vise à ajouter rapidement des lits de soins à l'installation.

57 lits en plus d'ici cet hiver

L'assemblage de ce complexe sera réalisé d'ici l'hiver, en seulement quelques semaines, pour un coût de près de 19 M$. L'ajout de ce complexe, qui comprendra 57 lits, permettra de réorganiser les espaces intérieurs de l'Hôpital régional de Saint-Jérôme afin d'y accueillir plus aisément les patients présentant des symptômes de la COVID-19.

Cela permettra de procéder à l'évaluation de ces derniers dans de meilleures conditions durant leur épisode de soins.

« Ce projet de construction temporaire témoigne des efforts qui sont faits pour adapter notre réseau à la réalité concrète de chaque communauté, dans un souci d'optimisation et d'efficience. Il reflète aussi notre désir d'améliorer très rapidement l'accès aux services du réseau, dans un contexte inédit où les besoins ne peuvent que s'accroître », a expliqué Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux.

Youri Chassin, député de Saint-Jérôme, a ajouté: « Il s'agit d'une initiative essentielle pour s'adapter aux besoins actuels et à venir du secteur sud des Laurentides. Un des principaux enjeux de notre région est la hausse de la demande de services de santé, et je me réjouis qu'une construction temporaire vienne nous aider à relever ce défi de manière concrète et efficace, en ce temps de crise sanitaire et après. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.