Publicité

2 février 2021 - 19:16 | Mis à jour : 20:18

Des régions passeront en zone orange

Réouverture des commerces, mais le couvre-feu demeure

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

En point de presse ce mardi, le premier ministre du Québec, M. François Legault a annoncé que les commerces, les musées et les salons de coiffure pourront reprendre leurs activités dès le 8 février, et ce, dans l’ensemble du Québec.

« Je comprends qu’il y a beaucoup de Québécois qui sont tannés de la situation, qui ont hâte de voir leurs amis et de revenir à une vie un peu plus normale, mais malheureusement la bataille n’est pas finie », a lancé, d’entrée de jeu, le premier ministre.

Malgré que le nombre quotidien de nouveaux cas d’infection tend à diminuer, François Legault a rappelé que la situation dans les hôpitaux de la province est encore très fragile. Actuellement le Québec connait un taux de délestage de 34%.

C’est d’ailleurs la situation dans les hôpitaux qui déterminera si une zone rouge pourra passer au palier orange. Tel que l’ont précisé le Dr Arruda et le ministre de la Santé, M. Christian Dubé, la capacité d’hospitalisation, le nombre d’éclosion et de nouveaux cas et l’activité des nouveaux variants seront pris en considération lorsque viendra le temps d’annoncer un changement de palier d’alerte. « La stabilité et la tendance des cas guident le classement des régions », de dire le ministre Dubé.

Retour du code de couleur

François Legault a également annoncé le retour des paliers de couleurs, en soulignant que six régions passaient au niveau d’alerte orange. Moins touchés par la COVID-19, la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec verront leurs restrictions s’assouplir davantage qu’ailleurs au Québec.

Ainsi, seules ces régions pourront aller de l’avant avec l’ouverture des restaurants et des gyms. La tenue d’activités sportives intérieures sera aussi possible et le couvre-feu passera de 20h à 21 h 30.

Pour les grands centres comme Montréal ou la Montérégie, il faudra s’armer de patience. « Ce qu’on a essayé de faire, c’est de donner un peu d’oxygène à nos commerçants… Ce sont les seuls changements que l’on est capable de faire, entre autres, en raison de la situation dans les hôpitaux. J’aurais aimé arriver avec plus d’assouplissement, mais ça ne serait pas prudent et ça serait un manque de respect pour le personnel de la santé », a indiqué M. Legault, tout en ajoutant que les programmes d’aide financière seront prolongés pour les secteurs d’économie ne pouvant rouvrir.

Autre assouplissement pour tous : la reprise des activités extérieures en petits groupes. Il sera désormais possible de se réunir à l’extérieur pour prendre une marche en compagnie de quatre personnes de différents ménages, dans les zones rouges et de huit en zone orange.

Quant au télétravail, il demeure obligatoire, les rassemblements, dans les domiciles privés et sur les terrains privés, sont toujours interdits et les déplacements interrégionaux non conseillés, et ce, peu importe le palier d’alerte.

Présence sur les campus collégiaux et universitaires

D'autres assouplissements viendront permettre le retour partiel des étudiants sur les campus collégiaux et universitaires après le 8 février. Les assouplissements ne seront pas les mêmes en zone rouge et en zone orange.

« Ces jeunes ne sont pas allés au cégep ou à l’université depuis 11 mois. C’est difficile pour la santé mentale », a ajouté M. Legault.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, présentera les détails de ces nouvelles mesures dans les prochains jours alors que le gouvernement demande aux établissements de permettre les cours en présentiel, une fois par semaine.

Les nouvelles règles sanitaires, notamment en ce qui touche le maintien du couvre-feu, seront réévaluées dans deux semaines.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.