Publicité

1 avril 2021 - 09:00

Les syndicats font du bruit

Anniversaire de l'échéance des conventions collectives de plus de 500 000 travailleurs

Par Catherine Deveault

Le 31 mars a marqué un an depuis l’échéance des conventions collectives de plus de 500 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et parapublic du Québec. C’est pourquoi, les organisations  syndicales du secteur public ont choisi de coordonner leurs efforts pour souligner cet anniversaire. 

Ainsi, les trois syndicats (enseignants, personnel de soutien, professionnels) qui représentent le personnel de l’éducation au Centre de services scolaire des Laurentides ont fait du bruit ce mercredi 31 mars à 12 h 30 pour signifier au gouvernement « qu’il est temps de prendre soin des services publics et du personnel  qui y œuvrent », souligne le Syndicat.  

« Les négociations sont au ralenti, le gouvernement maintient son cadre financier  depuis le début et il manque d’ouverture aux solutions amenées par les enseignantes et enseignants. L’éducation est un investissement, il est temps d’en faire une priorité », a déclaré Annie Domingue, présidente du Syndicat des enseignantes et enseignants des Laurentides (SEEL-CSQ). 

« L’attraction et la rétention du personnel est un enjeu majeur en éducation, il faut donner aux milieux des conditions gagnantes pour que les écoles fonctionnent mieux  et que les élèves aient les services auxquels ils ont droit. La pandémie a fait ressortir le côté essentiel du personnel de soutien. » a mentionné Daniel Barbier, président du Syndicat des employées et employés de soutien CSL (SEESCL-CSN). 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.