Publicité

18 mai 2021 - 10:48 | Mis à jour : 11:57

Une longue réflexion

Le maire de Blainville annonce son retrait de la vie politique 

Par Catherine Deveault

Le maire de Blainville, Richard Perreault, a annoncé qu’il se retirera de la vie politique à la fin du présent mandat, après les élections générales du 7 novembre prochain. 

« Après seize ans passés au service des Blainvilloises et des Blainvillois, j’ai décidé de tourner la page et de me  consacrer à notre famille et à notre petit-fils. Après toutes ces années de vie politique et 30 ans d’enseignement, mon  épouse et moi voulons profiter d’une retraite, je pense, bien méritée. Je terminerai donc mon mandat et d’ici là, je consacrerai mes énergies à continuer à bien desservir les citoyennes et les concitoyens », a déclaré Richard Perreault. 

Une longue réflexion 

Cette décision a été bien mûrie par Richard Perreault. Au début de 2020, il était encore décidé à solliciter un troisième mandat. Puis, ce fut la pandémie et le confinement, une période qui a été propice aux grandes réflexions. 

Richard Perreault souhaitait faire l’annonce de son choix il y a quelques semaines, mais le décès du conseiller Guy Frigon a bouleversé l’agenda « Je croyais que j’avais l’énergie et la motivation pour vivre une nouvelle élection et pour administrer Blainville jusqu’en 2025. J’ai réalisé à quel point les moments tranquilles avec ma conjointe et ma famille sont précieux. J’ai aussi des parents âgés dont la santé est fragile. Nous sommes grands-parents depuis plus d’un an.  Les grands-mamans et les grands-papas comprendront qu’on a beaucoup de rattrapage à faire. Aussi, être maire d’une ville comme Blainville est très exigeant. Chaque jour, il faut prendre des décisions parfois difficiles pour le bien commun, assister à de multiples réunions, représenter la Ville dans divers comités, etc. Cette fonction, qui peut être très exaltante, m’occasionne de plus en plus de nuits blanches et pendant que j’ai la santé et que la Ville va bien, je préfère me retirer avant de perdre le feu sacré », a expliqué Richard Perreault. 

Mission accomplie

Enseignant en éducation physique à la retraite, Richard Perreault a été élu une première fois à titre de conseiller du district d’Alençon en 2005, puis a été réélu en 2009. En 2013, il devenait le 7e maire de l’histoire de Blainville. Il a été facilement réélu en 2017. En novembre prochain, il laissera selon lui une ville en excellente santé financière et une solide équipe d’élus et de gestionnaires.

Comme maire, il est particulièrement fier d’avoir stabilisé l’endettement et de  léguer aux nouvelles générations une municipalité constituée de 40 % de milieux naturels « L’aménagement de boisés  comme les lacs Fauvel, c’est un héritage important. Nous avons aussi réussi à offrir des services de qualité supérieure  en maintenant les taux de taxation à des niveaux raisonnables. Sous notre gouverne, Blainville a été proclamée par le magazine L’actualité la municipalité par excellence au Québec où il fait bon vivre. La famille est devenue notre carte  de visite, mais c’est aussi une ville où il fait bon vieillir. Le 8 novembre, je pourrai dire : mission accomplie », a  mentionné le maire.

Au service des Blainvilloises et Blainvillois jusqu’à la fin 

Évidemment, la retraite prochaine de Richard Perreault suppose qu’il sera remplacé comme candidat à la mairie aux élections de novembre. Le principal intéressé n’a pas voulu s’avancer à ce sujet « Il appartiendra à mes collègues du conseil municipal de désigner la personne qui sollicitera un mandat à la Mairie, ce qui sera fait sous peu sans aucun doute. Nous avons une équipe formidable de femmes et d’hommes qui sont habités par le même objectif commun : bien servir les Blainvilloises et Blainvillois. En attendant, il nous reste encore quelques mois de travail. Je veux les rassurer: je serai là jusqu’à la fin. L’heure des bilans et des au revoir n’a pas encore sonné », a-t-il conclu.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.