Publicité

23 juin 2021 - 12:00

« La crise du logement est bien réelle dans la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles ».

Luc Desilets dénonce l'urgence d'agir en matière de logement

Par Salle des nouvelles

Le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets réagit à la publication par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) d’une brochure sur l’évolution des interventions fédérales en logement qui montre que le désinvestissement du gouvernement fédéral dans le dossier. Il est particulièrement inquiet de la situation dans la circonscription à l’approche de la période des déménagements.

« La crise du logement est bien réelle dans la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles. Plusieurs familles se retrouveront sans logement en juillet. Le milieu communautaire et les élus se mobilisent afin de trouver des solutions pour héberger ces personnes. Toutefois, le problème vient du peu d’investissement au niveau du logement social dans les dernières années ainsi qu’à un phénomène de rénovictions qui contribue à faire monter les loyers en flèche », a déclaré Luc Desilets.

Il est important de mentionner que le portrait des personnes se retrouvant sans logement, n’est peut-être pas celui que l’on pourrait croire. En effet, il s’agit bien souvent de familles avec des revenus de travail qui ne sont pas assez élevés pour payer un loyer de 1 000 $ à 1 200 $. Cependant, ces familles pourraient se permettre des loyers autour de 800 $ à 900 $.

« Ce sont 80 000 logements sociaux qui n’ont pas pu être construits au Québec en raison des coupes d’Ottawa. Comme le dit le FRAPRU, la Stratégie nationale sur le logement du gouvernement libéral ne permet pas du tout de rattraper le manque à gagner. Et de mon point de vue, encore moins de corriger les erreurs du passé », ajoute M. Desilets.

Malgré la signature d’une entente bilatérale entre Ottawa et Québec à l’automne dernier, le manque à gagner reste majeur. Si le Bloc prend acte de l’intention du fédéral de rendre ces sommes disponibles à Québec, nous réitérons l’importance d’augmenter les montants afin d’espérer combler ce retard accumulé depuis les années 1990. Un retard particulièrement criant au niveau du logement social et communautaire.

« L’urgence est maintenant, il faut investir plus, pas dans cinq ou dix ans. Maintenant. Il est inadmissible qu’une telle situation se perpétue et que l’on continue de voir des familles avec de revenus de moyen à faible se retrouver à la rue », conclut M. Desilets.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.