Publicité

25 juin 2021 - 14:33

COVID-19

Justin Trudeau fait le point sur la pandémie

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Plus de 9 millions de doses du vaccin de la pharmaceutique Pfizer sont attendues au Canada pour le mois de juillet. C’est du moins ce qu’a confirmé le premier ministre, Justin Trudeau, en conférence de presse ce vendredi.

Selon les plus récentes statistiques canadiennes partagées par le premier ministre, 76% des Canadiens éligibles ont reçu leur première dose de vaccin et 26% sont entièrement vaccinés. Justin Trudeau a également souligné qu’un modèle à jour des prédictions du nombre de cas pour les prochaines semaines serait présenté plus tard ce vendredi par l’Agence de santé publique du Canada.

En cette fin d’année scolaire, le premier ministre a tenu à saluer le travail des étudiants qui ont dû s’adapter à la nouvelle réalité et faire de nombreux sacrifices.

« Les Canadiens aujourd’hui sont horrifiés et honteux »

Le premier ministre ne pouvait passer sous silence, la découverte des quelque 751 tombes sur le site d’un pensionnat autochtone en Saskatchewan, ce jeudi. Celles-ci s’ajoutent à celles retrouvées du côté de Kamloops au début du mois.

« Les Canadiens aujourd’hui sont horrifiés et honteux de la façon dont notre pays a agi », a-t-il déclaré.

Bien qu’il n’écarte pas l’idée que soit tenue une enquête policière sur ces tragiques évènements, il préfère pour l’instant suivre les demandes des communautés autochtones. « Pour découvrir la vérité et pouvoir avancer sur la réconciliation, nous nous devons de respecter leurs désirs et leurs besoins », a-t-il précisé.

Ceci dit, Justin Trudeau s’est dit ouvert à prendre toutes les mesures nécessaires pour qu’il y ait « des conséquences sur les systèmes, sur les organismes, sur les institutions et peut-être dans certains cas sur les individus ».

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.