Publicité

11 novembre 2021 - 13:00

Surmenage des gestionnaires de cas à Anciens Combattants Canada

Le Bloc Québécois exhorte le ministre à l’action

Par Salle des nouvelles

En cette semaine des vétérans, le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Anciens Combattants, Luc Desilets, déplore le surmenage imposé par Anciens Combattants Canada (ACC) aux gestionnaires de cas et exhorte le ministre, Lawrence  MacAulay, à pallier rapidement à ce problème. 

Un témoignage récent de Marie-Paule Doucette lors d’une commission d’enquête néo-écossaise portant sur un drame intrafamilial impliquant un vétéran, a mis en exergue les  conséquences parfois tragiques de la surcharge de travail à laquelle sont confrontés les  gestionnaires de cas d’ACC.

En jouant le double rôle de guide et de personne-ressource, ces gestionnaires aident des vétérans en situation de handicap et de précarité à avoir accès aux  services et prestations auxquels ils ont droit. 

« On compte, parmi les anciens combattants, des personnes atteintes de troubles de santé  mentale dont la forme et la sévérité varient amplement. C’est un travail trop complexe pour  être bien exécuté lorsqu’on a deux, trois, voire quatre fois trop de dossiers sur la table  », a déclaré le député de Rivière-des-Mille-Îles. 

Sous l’ère Harper, chaque gestionnaire de cas avait en moyenne 40 vétérans et vétéranes à sa charge. En 2015, Justin Trudeau s’est fait élire sous la promesse d’abaisser ce chiffre à 25.  Six ans plus tard, le Syndicat des employés des anciens combattants constate que la majorité  des gestionnaires de cas ont toujours entre 30 et 40 dossiers, voire plus. À ce jour, parmi les  700 000 vétérans québécois et canadiens que compte le pays, seuls 15 000 ont accès à un  gestionnaire de cas. 

« Aux yeux de la vaste majorité des vétérans, les gestionnaires de cas sont une espèce rare.  Même s’ils en ont besoin, ils n’y auront peut-être jamais accès. On apprend maintenant que  plusieurs d’entre eux ne peuvent pas faire leur travail convenablement parce qu’ils sont  surchargés. Je constate qu’Anciens Combattants Canada échoue à plusieurs niveaux et il y a  un coût humain à cela. Le ministre doit redoubler d’ardeur, et ça presse », a renchéri Luc Desilets. 

Le Bloc Québécois demande qu’ACC déploie les ressources nécessaires afin d’engager  davantage de gestionnaires de cas. Il est également impératif de gérer plus étroitement la  répartition des dossiers, laquelle devrait mieux prendre en compte la nature du cas et sa  complexité relative. Enfin, le Bloc Québécois propose qu’ACC travaille à embaucher davantage  de gestionnaires de cas comptant un passé militaire. 

« Les vétérans et vétéranes veulent voir plus de gestionnaires de cas, et ils veulent en voir  plus avec un passé militaire, car le manque d’empathie de la part des employés d’ACC est l’une  de leurs premières sources de détresse. Cela aiderait les vétérans et diminuerait la lourdeur  administrative. C’est une équation à somme positive : tout le monde y gagne », de conclure  le porteur de dossier bloquiste. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.