X
Rechercher
Publicité

Conseil d'administration

Rajeunir les CA: un jeune à la fois

durée 17h00
26 mars 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Un jeune originaire de Trois-Rivières et étudiant en droit de l’Université du Québec à Montréal fait campagne pour être élu sur le conseil d’administration de son ordre professionnel.

À seulement 26 ans, Benjamin souhaite devenir l’un des 15 prochains administrateurs du conseil d’administration de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec.

Ce faisant il deviendrait l’un des plus jeunes administrateurs de l’histoire du conseil d’administration de son ordre professionnel. Bien qu’il souhaite faire campagne pour ses idées et non sur la base de son âge, il ne peut que s’empêcher de constater qu’il faut davantage de jeunes autour des conseils d’administration et des tables décisionnelles au Québec.

Une statistique qui le frappe particulièrement est celle de l’âge moyen des administrateurs sur les CA des sociétés cotées en bourse. Selon une étude effectuée à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval en 2021, l’âge moyen sur les CA de ces sociétés serait de 60,8 ans.

Trois idées phares guideront sa campagne et son prochain mandat s’il est élu.

D’abord, continuer de bâtir la crédibilité de la profession en ressources humaines, en faisant la promotion et en démontrant à quel point les professionnels RH ont une valeur ajoutée au sein des organisations.

« Je crois que la pandémie a démontré à quel point la fonction de ressources humaines était cruciale pour les organisations, et pour la société en général. », commente-t-il.

Ensuite, il souhaite pouvoir parler et agir davantage sur les sujets de l’heure, notamment, l’environnement, les changements technologiques, et l’équité, la diversité et l’inclusion.

Finalement, il espère rapprocher et impliquer davantage les jeunes au sein de l’Ordre.

« Il faut montrer que l’avenir passe par plus de jeunes assis autour des tables décisionnelles, que ce soit au niveau des conseils d’administration des ordres professionnels, des sociétés d’État, voire même des sociétés cotées en bourse. Les décisions prises aujourd’hui sont celles qui auront un impact sur nos vies demain. Les jeunes doivent être présents ! »

Benjamin P. Gauthier étudie en droit à l’UQAM depuis aout 2020. Il fait ses études à presque temps plein de soir et de fin de semaine puisque le jour il travaille en relations de travail pour une grande compagnie aérienne québécoise. Benjamin s’implique également dans différentes organisations, notamment sur les conseils d’administration de Force Jeunesse et de la Fondation CRHA, et comme jeune ambassadeur de la Fondation RÉA.

En se lançant dans cette campagne pour le CA de son Ordre, il souhaite apporter des idées nouvelles et changer les choses. Par-dessus tout, il voit son élection potentielle comme une possibilité de rajeunir l’âge moyen du CA de son ordre professionnel, et invite l’ensemble des jeunes professionnels à faire de même pour faire entendre leur voix. 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Feu vert à l’entente entre Hydro-Québec et Énergir

La Régie de l’énergie donne le feu vert au partenariat entre Hydro−Québec et le distributeur de gaz naturel Énergir, une entente qui avait été critiquée par des groupes de consommateurs et environnementalistes. L’entente, annoncée en juillet dernier, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en convertissant à la biénergie des ...

Près de 1,8 M$ pour la forêt et ses produits dans la MRC de Matawinie

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et députée de Bertrand, Mme  Nadine Girault, sont fières d’annoncer la concrétisation d’une entente de 1 796 355 $ avec la MRC de Matawinie pour créer une économie circulaire autour des produits de la forêt ...

durée Hier 17h00

L’économie québécoise perd de dizaines millions de dollars de retombées économiques chaque semaine

Reconnaissant que la grève illimitée des ingénieurs de l’État engendre des impacts financiers majeurs sur l’industrie de l’entretien des routes, Bitume Québec constate que ce conflit de travail entraîne une quasi-paralysie des activités reliées à la réhabilitation, au pavage et à l’entretien du réseau routier sous la responsabilité du MTQ. « Les ...