X
Rechercher
Publicité

Réseau d’action pour la santé durable du Québec

Lancement du Réseau d’action pour la santé durable du Québec

durée 09h30
30 mars 2022
durée

Temps de lecture :

5 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Un nouveau Réseau d’action pour la santé durable du Québec (RASDQ) voit le jour pour protéger les Québécois. es de la plus grande menace à la santé du 21e siècle : les changements climatiques. 

Le Réseau a la mission de veiller à la santé durable de la population québécoise dans un environnement sain, en mobilisant le secteur de la santé et des services sociaux autour d’actions de prévention et d’adaptation face à la crise climatique et aux risques environnementaux à la santé.

« Le personnel de la santé et des services sociaux ressent l’urgence d’agir face aux risques environnementaux, qui causent un fléau croissant de maladies et de décès au Québec. Or, nous sommes encore très peu outillés pour prévenir les conséquences sanitaires de la crise écologique et pour adapter nos pratiques à ses effets inévitables. Le RASDQ va répondre à ce besoin. », explique Dre Olena Zotova, la fondatrice du Réseau.

Vingt organismes rehaussent l’ambition pour la santé

Le RASDQ rassemble une vingtaine d’organisations dont les quatre facultés de médecine du Québec, des associations et fédérations professionnelles et étudiantes, des syndicats et des organismes de santé à vocation sociale et/ou environnementale représentant collectivement près de 150 000 personnes œuvrant en santé et services sociaux. Le Réseau est parrainé par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ), et est issu du regroupement citoyen La Planète s’invite en santé.

« L’enthousiasme et l’engagement des premières organisations invitées à joindre le Réseau confirme la nécessité d’unir nos efforts et nos connaissances, et de rehausser notre ambition pour protéger la santé des menaces environnementales. La santé durable n’est possible que si l’on prend davantage soin de notre environnement et cela ne peut se faire que collectivement. Ce lancement est un point de départ : nous appelons tous les acteurs de la santé et des services sociaux du Québec à se rallier au Réseau et à sa mission. », poursuit Dre Zotova.

« L’idée de ce réseau a émergé en 2019, alors que nous avons constaté une absence de force rassembleuse dans le milieu de la santé pour faire face aux problèmes environnementaux croissants. Je suis ravie de voir tout le travail de fond qui a été fait depuis pour arriver aujourd’hui à la création du Réseau. C’est une avancée incroyable — qui va bénéficier à tous les patient(e)s du Québec. Je suis fière d’y prendre part au nom de l’Association québécoise des médecins pour l’environnement [AQME]. », souligne la Dre Claudel Pétrin-Desrosiers, présidente de l’AQME.

18 demandes pour un Québec en meilleure santé

Les organisations membres du RASDQ adhèrent à une Charte qui recommande plus d’ambition au gouvernement, institutions et individus à travers tous les secteurs du Québec, afin d’assurer la santé de la population. La Charte s’appuie sur 10 constats scientifiques et émet 18 recommandations autour de trois axes :

— Limiter les changements climatiques et leurs conséquences sur la santé durable des Québécois. es, notamment par le désinvestissement des énergies fossiles et l’économie circulaire.

— Renforcer la santé durable dans nos communautés, notamment par l’investissement accru en santé publique et dans des milieux de vie favorables à la santé et à l’économie du Québec.

— Améliorer le système de santé et des services sociaux par un virage écoresponsable assorti d’un budget et de ressources bonifiées.

Les Facultés de médecine déclarent l’urgence climatique 

Le Réseau est fier de souligner l’engagement des quatre facultés de médecine du Québec dans la lutte aux changements climatiques. Les facultés affirment leur responsabilité sociale et s’engagent à agir d’urgence pour la santé durable en participant au Réseau :

« Notre Faculté reconnaît que les changements climatiques ont un impact majeur sur la santé des populations. En tant qu’institution d’enseignement, nous cherchons à préparer les futurs professionnels de la santé afin de bien les outiller à répondre à tous ces défis. », explique le Dr Martin Bisaillon, vice-doyen à la vie étudiante et à la santé durable de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke.

« Il s’agit d’un partenariat naturel, car la responsabilité sociale et la santé durable sont au cœur de notre mission. Plusieurs membres de notre communauté posent des gestes concrets qui s’inscrivent dans la démarche du Réseau. Nous poursuivrons nos efforts de sensibilisation au lien entre la santé de la planète et celle des êtres vivants qui l’habitent, et ce, auprès de notre communauté et de la population. Ce mouvement prendra un essor grâce à nos actions communes. », renchérit le Dr Julien Poitras, doyen de la Faculté de médecine de l’Université Laval.

« La pandémie a révélé toute l’importance de la collaboration pour parvenir à relever les plus grands défis de l’histoire, dont les changements climatiques. Nous espérons que le travail collectif du RASDQ contribuera de façon positive à la santé durable dans l’ensemble de notre réseau, tout en présentant un bon exemple de ce qui devient possible lorsque nous unissons nos efforts au service d’un but commun. », souligne le DDavid Eidelman, doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université McGill.

Un effort interdisciplinaire

L’engagement exceptionnel d’une diversité de professionnel.le.s dans le RASDQ démontre que prendre soin de la santé en soignant la planète est une priorité commune dans le secteur de la santé et services sociaux :

« Comme professionnels de la santé et des services sociaux, nous sommes aux premières loges pour observer les effets désastreux des changements climatiques […]. Selon nous, une gestion écoresponsable du réseau de la santé et des services sociaux permettra d’améliorer les conditions de travail du personnel et la qualité des soins et des services à la population. », affirme Mme Emilie Charbonneau, deuxième Vice-présidente à l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

« Durant la pandémie, les Québécois ont reconnu l’immense travail des infirmières. Ils ont confiance en notre profession. C’est le temps de montrer une fois de plus le bon exemple et d’agir pour la santé durable du Québec ! », soutient Mme Rose-Marie Roy, vice-présidente Sustainability de McGill Nurses for Planetary Health et étudiante en soins infirmiers à l’Université McGill.

« La crise climatique est un enjeu de santé publique majeur. Dans l’état du réseau de la santé actuel, il est nécessaire de se mettre en action sans délai afin d’atténuer les impacts des changements climatiques sur la santé de la population. », renchérit Mme Mathilde Rajotte, conseillère politique à la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ).

À propos de l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ)

L’ASPQ regroupe citoyens et partenaires pour faire de la santé durable, par la prévention, une priorité. Elle soutient le développement social et économique par la promotion d’une conception durable de la santé et du bien-être. La santé durable s’appuie sur une vision à long terme qui, tout en fournissant des soins à tous, s’assure aussi de les garder en santé par la prévention.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Feu vert à l’entente entre Hydro-Québec et Énergir

La Régie de l’énergie donne le feu vert au partenariat entre Hydro−Québec et le distributeur de gaz naturel Énergir, une entente qui avait été critiquée par des groupes de consommateurs et environnementalistes. L’entente, annoncée en juillet dernier, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en convertissant à la biénergie des ...

Près de 1,8 M$ pour la forêt et ses produits dans la MRC de Matawinie

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et députée de Bertrand, Mme  Nadine Girault, sont fières d’annoncer la concrétisation d’une entente de 1 796 355 $ avec la MRC de Matawinie pour créer une économie circulaire autour des produits de la forêt ...

durée Hier 17h00

L’économie québécoise perd de dizaines millions de dollars de retombées économiques chaque semaine

Reconnaissant que la grève illimitée des ingénieurs de l’État engendre des impacts financiers majeurs sur l’industrie de l’entretien des routes, Bitume Québec constate que ce conflit de travail entraîne une quasi-paralysie des activités reliées à la réhabilitation, au pavage et à l’entretien du réseau routier sous la responsabilité du MTQ. « Les ...