Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

OBV de la rivière du nord

Les producteurs agricoles en mode solution

durée 11h00
20 avril 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Les producteurs agricoles du bassin versant du ruisseau des Vases, situé à Brownsburg-Chatham, se sont réunis à deux reprises, en mars et en avril, pour trouver des solutions viables aux problématiques de sédimentation et d’érosion qui accentuent de la dégradation de la qualité de l’eau.

Une piètre qualité de l’eau

Le ruisseau des Vases ne porte pas ce nom sans raison. Il est si contaminé par les sédiments, que son eau devient de plus en plus opaque, à mesure qu’il traverse la plaine agricole. Le portrait-diagnostic du bassin versant, réalisé par Abrinord, l’Organisme de bassin versant de la rivière du Nord, révèle d’ailleurs que l’aval du bassin versant est caractérisé par des sols argileux, propices à l’érosion et même aux glissements de terrain, ce qui favorise l’apport de sédiments au ruisseau.

Des producteurs concernés par la perte de sols

Les producteurs de la région se souviennent bien des glissements de terrain qui ont eu lieu en 1988 et en 2018, et bien que certaines des causes s’avèrent naturelles, ils espèrent bien pouvoir diminuer le lessivage de leurs sols vers le cours d’eau.

« Il y aurait plus de choses à faire du côté des petits affluents du ruisseau, comme les fossés de champs par exemple. Plusieurs n’ont aucune bande riveraine. », note M. Cédric Campeau, producteur agricole à la ferme Camporet.

Un projet rassembleur pour remédier au problème

C’est donc pour remédier à ces enjeux complémentaires qu’Abrinord a rassemblé les producteurs agricoles et la firme d’agroenvironnement Profit-eau-sol, les 9 mars et 7 avril derniers. Plusieurs solutions pour réduire le lessivage des sols et améliorer l’infiltration de l’eau ont été discutées, notamment l’aménagement de voies d’eau engazonnées, la reconfiguration de certaines sorties de drains, l’aménagement de bandes riveraines sur des fossés de champs et l’implantation de bassins de sédimentation.

« Au fond, nous avons les mêmes intérêts : assurer la viabilité des écosystèmes et des activités agricoles. Il fallait seulement que nous mettions nos expertises en commun pour trouver des solutions qui conviennent à tous, et c’est ce que notre projet permet. », se réjouit Johanna Riboulet d’Abrinord.

Ce projet a été financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du programme Territoires : priorités bioalimentaires.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 14h00

COVID-19: le gouvernement fédéral ne chantera vraisemblablement pas victoire

Contrairement au président américain Joe Biden qui a déclaré cette semaine que la pandémie de COVID-19 «était terminée», le gouvernement fédéral canadien ne compte pas chanter victoire trop rapidement. Au cours de son passage à New York, le premier ministre Justin Trudeau a rappelé lors d'une conférence de presse que les hôpitaux de l'ensemble du ...

22 septembre 2022

Trudeau et Poilievre s'affrontent dans de premiers échanges en Chambre

Le premier ministre Justin Trudeau et le nouveau chef de l'opposition officielle, Pierre Poilievre, ont opposé leurs visions sur les meilleures façons de lutter contre la hausse du coût de la vie, jeudi, au cours de premiers échanges en période des questions aux Communes. Le leader conservateur a réitéré ses demandes que les libéraux annulent ...

22 septembre 2022

Légalisation du cannabis au Canada: les conséquences de la loi scrutées à la loupe

On s’attend à ce que les ministres fédéraux lancent jeudi l'examen tant attendu de la législation du gouvernement sur le cannabis. En octobre 2018, les libéraux ont levé une interdiction d’un siècle sur la consommation et la vente de cannabis à des fins récréatives, en prévoyant qu’ils allaient réexaminer la loi trois ans après son entrée en ...