X
Rechercher
Publicité

Lettre ouverte de Christian Overbeek, le président des Producteurs de grains du Québec

Les Producteurs de grains du Québec interpellent le gouvernement en regard des défis de la chaîne d’approvisionnement

durée 09h30
3 mai 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

À quelques semaines de la saison des semis, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) sonnent l’alarme devant l’imminence de grandes difficultés en regard de la disponibilité des intrants et engrais, ingrédients indispensables à la fertilisation des sols et à l’approvisionnement alimentaire. 

L’invasion de l’Ukraine par la Russie lancée le 24 février dernier est venue non seulement semer à juste titre l’indignation de tous, mais a également eu pour effet une hausse substantielle des coûts liés aux fertilisants et produits de phytoprotection.

En guise de représailles à l’égard du régime de Vladimir Poutine, le gouvernement canadien a imposé de nouveaux tarifs de 35 % aux importations en provenance de Russie et de Biélorussie. Fort malheureusement, les agriculteurs en subissent les effets collatéraux et cela pourrait avoir un impact catastrophique sur le système d’approvisionnement alimentaire au pays et dans le monde si rien n’est fait, à plus forte raison du fait que les producteurs de grains du pays doivent humanitairement pallier la baisse des exportations mondiales de blé de la Russie et de l’Ukraine.

La Russie est un joueur majeur dans l’industrie de l’engrais azoté, du phosphore et du potassium, et par conséquent, le prix des engrais, qui est déjà extraordinairement élevé, pourrait augmenter de plus belle. Cela ne va pas sans causer beaucoup d’inquiétudes chez les producteurs agricoles, qui devront pour certains payer leurs intrants agricoles à prix d’or ou même qui n’auront pas accès aux intrants nécessaires pour démarrer leur saison de culture.

Autre effet pernicieux, certains commerçants d’intrants agricoles pourraient, flairant la bonne affaire, profiter sciemment du climat d’incertitude actuel pour gonfler le prix de leurs produits.

Face à la situation tragique en Ukraine et aux enjeux de la disponibilité des engrais et de l’escalade des coûts des intrants, le gouvernement fédéral doit intervenir pour soutenir la chaîne de valeur agricole et répondre à la crise alimentaire qui se dessine. 

Des mesures immédiates doivent être prises afin d’éviter des conséquences à long terme sur le système d’approvisionnement alimentaire. Irrécusablement, Ottawa se doit d’explorer toutes les avenues possibles afin de s’assurer que les engrais et les intrants arrivent à temps pour les semis.

Il est indispensable de s’assurer que les producteurs agricoles aient accès à tous les intrants dont ils ont besoin pour effectuer les semis dans des conditions optimales, et de se porter garant du fait que le prix payé pour ceux-ci par les producteurs agricoles du Québec ne soit pas affecté par des tarifs ou une prise de profit anormale de la part des fournisseurs d’intrants.  

Ce sont là les demandes légitimes des producteurs de grains. Devant ce triste constat aux ramifications multiples, les PGQ exhortent le gouvernement fédéral à poser les gestes qui s’imposent, et ce, rapidement.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Feu vert à l’entente entre Hydro-Québec et Énergir

La Régie de l’énergie donne le feu vert au partenariat entre Hydro−Québec et le distributeur de gaz naturel Énergir, une entente qui avait été critiquée par des groupes de consommateurs et environnementalistes. L’entente, annoncée en juillet dernier, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en convertissant à la biénergie des ...

Près de 1,8 M$ pour la forêt et ses produits dans la MRC de Matawinie

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et députée de Bertrand, Mme  Nadine Girault, sont fières d’annoncer la concrétisation d’une entente de 1 796 355 $ avec la MRC de Matawinie pour créer une économie circulaire autour des produits de la forêt ...

durée Hier 17h00

L’économie québécoise perd de dizaines millions de dollars de retombées économiques chaque semaine

Reconnaissant que la grève illimitée des ingénieurs de l’État engendre des impacts financiers majeurs sur l’industrie de l’entretien des routes, Bitume Québec constate que ce conflit de travail entraîne une quasi-paralysie des activités reliées à la réhabilitation, au pavage et à l’entretien du réseau routier sous la responsabilité du MTQ. « Les ...