Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Enquête téléphonique

Sondage: la liberté d'expression existe au Canada, selon les opinions politiques

durée 08h00
12 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Un nouveau sondage laisse croire qu'il existe une forte relation entre le point de vue politique d'une personne et son opinion sur la liberté d'expression au Canada.

Ainsi, les répondants qui penchent à droite étaient plus susceptibles de croire qu'il ne devrait y avoir aucune limite à la parole, y compris le droit d'exprimer des opinions haineuses et offensantes.

Jason Disano, le directeur de l'enquête téléphonique nationale du Centre canadien de recherche appliquée et sociale de l'Université de la Saskatchewan, explique que l’idée de départ était d’avoir une idée de la position des gens sur la question étant donné le rôle de premier plan que l'expression «liberté» joue dans la campagne actuelle à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC).

Ainsi, 86 % des répondants ont déclaré qu'ils pensaient avoir, ou avoir quelque peu, la liberté d'expression. La plupart des répondants ont également déclaré qu'ils pensaient que les gouvernements et les entreprises comme Twitter et Meta, anciennement connu sous le nom de Facebook, devraient intervenir pour limiter la propagation de la désinformation et des discours de haine.

Cependant, des différences de points de vue apparaissent en décomposant les opinions politiques des Canadiens.

Environ un répondant sur quatre qui penche de droite à très à droite croit que les Canadiens ont très peu ou pas de liberté d'expression, comparativement à environ trois pour cent des répondants de gauche qui perçoivent la même chose.

«Ce n'est pas surprenant», selon Barbara Perry, directrice du Centre of Hate, Bias and Extremism de l'Ontario Tech University, basée à Oshawa. «Au cours des dernières années, l'accent a été mis sur la culture d'annulation. La liberté d'expression est devenue un cri de ralliement pour l'extrême droite.» 

Jason Disano a observé que les Prairies avaient la plus forte proportion de personnes qui se sont identifiées comme étant de droite, à 31,5 %, les Québécois ayant la plus faible, à 18,6%.

Au Canada, le discours haineux est illégal. Mais aux États-Unis, le premier amendement protège la liberté d'expression, y compris le droit d'exprimer des commentaires haineux et des opinions offensantes.

On a donc demandé aux répondants de l'enquête s'ils étaient d'accord avec l'approche canadienne ou celle des États-Unis en matière de limitation de la parole. 

Jason Disano a déclaré que huit répondants sur 10 étaient d'accord avec l'approche du Canada. Cependant, 31 % des personnes interrogées qui ont dit être de droite soutenaient l'approche américaine sans limite, dont 22,4 % venaient des Prairies et seulement 4,5 % du Canada atlantique.

Quant à ceux qui penchent à gauche, 2,5 % des répondants ont réclamé qu’il n’y ait aucune limite à la parole.

Selon Barbara Perry, «l'absolutisme américain de la liberté d'expression» est apparu au Canada et peut être lié aux médias sociaux. «Nous ne parlons pas seulement d'un discours offensant ou blessant les sentiments de quelqu'un, nous parlons vraiment d'un discours dangereux et d'un discours qui a le potentiel de faire du mal», à son avis. 

L'enquête a été réalisée entre le 1er et le 27 juin, auprès de 1000 personnes. Elle est considérée fiable à plus ou moins trois pour cent, avec un niveau de confiance de 95 pour cent. 

Mickey Djuric, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Publicité pré-électorale: Le DGEQ veut mettre fin au «bar ouvert»

Il est temps de mettre fin au «bar ouvert» qui a permis aux partis politiques de dépenser sans compter en publicités de toutes sortes plusieurs mois avant le déclenchement de la campagne électorale. C’est du moins l’avis du Directeur général des élections du Québec (DGEQ), qui se montre préoccupé par cette question et estime qu’un resserrement de ...

durée Hier 13h55

Pierre Reid: un directeur général des élections sans véritable mandat

Malgré la proximité d’élections générales, le gouvernement Legault n’a pas pris la peine de s’assurer que le Directeur général des élections (DGEQ) ait les coudées franches pour effectuer son travail en toute sérénité, au moment où il en aurait le plus besoin, soit dans les mois précédant la campagne et lors de la tenue du scrutin du 3 ...

10 août 2022

Sondage: Poilievre est favorisé par les conservateurs, mais pas de tous les Canadiens

Le député ontarien Pierre Poilievre demeure le grand favori pour être le prochain chef du Parti conservateur du Canada (PCC), mais il traîne derrière son adversaire Jean Charest pour obtenir le soutien de l'ensemble des Canadiens. Un nouveau sondage de la firme Léger réalisé en collaboration avec l'Association d'études canadiennes suggère que 44 ...