Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conclusion de Guylaine Leclerc

État des finances publiques: un climat d'«incertitude très élevée», selon la VG

durée 11h17
15 août 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Les finances publiques du Québec sont en ordre, en cette fin de mandat, mais rien n'est acquis pour les années à venir, en raison de l'incertitude économique ambiante. L'incertitude est très élevée, selon le Vérificateur général.

Les prévisions budgétaires préparées par le gouvernement Legault sont «plausibles», mais l'impact du «climat d'incertitude» économique sur la bonne santé des finances publiques du Québec demeure «inhabituellement élevé».

C'est la conclusion à laquelle en arrive la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, après avoir examiné les prévisions budgétaires pour 2022-2023 et 2024-2025 faites par le ministre des Finances, Eric Girard, à la veille de la prochaine campagne électorale.

Son rapport, rendu public lundi, à l'Assemblée nationale, est nuancé: il mêle les signaux d'approbation quant aux méthodes comptables du ministre et à ses prévisions, dans l'ensemble, tout en l'invitant à faire preuve de prudence en ce qui a trait aux imprévus. 

La flambée de l'inflation, voire une récession, la guerre en Ukraine et une éventuelle nouvelle vague de pandémie de COVID-19 pourraient brouiller les cartes et avoir un effet sur l'état des finances publiques dans les années à venir, rappelle la vérificatrice dans son rapport détaillé. La rareté de la main-d'oeuvre pourrait également freiner les projets de dépenses et d'investissement du gouvernement. 

Elle aurait apprécié que Québec prépare «un scénario alternatif».

Les prévisions formulées par M. Girard en termes de revenus anticipés, de dépenses et de l'état de la dette sont «cohérentes» et tiennent compte des différents paramètres comptables (prévisions économiques, mesures budgétaires, statistiques fiscales, lois en vigueur, etc.), conclut la vérificatrice, qui était chargée d'évaluer le rapport que devait produire le ministre Girard au terme du présent mandat. En gros, elle estime donc qu'il a fait ses devoirs, selon les règles en vigueur.

Elle note par ailleurs qu'une hausse continue de l'inflation pourrait avoir un impact positif temporaire sur les revenus dans les coffres de l'État et ainsi contribuer à diminuer le déficit.

Le ministre des Finances a inscrit des marges de prudence de 2,4 milliards $ pour 2022-2023 et de 2,25 milliards $ l'année suivante, un coussin d'une hauteur «pertinente», a jugé Mme Leclerc, sans pouvoir dire si cela était vraiment suffisant, compte tenu du climat d'incertitude ambiant. Québec a mis de côté 2 milliards $ pour contrer la COVID-19 en 2022-2023.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


3 février 2023

Vapotage chez les jeunes: Dubé prêt à sévir pour limiter l'accès

Le gouvernement Legault songe à limiter davantage l'accès aux produits de vapotage. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a laissé entendre jeudi qu'il était inadmissible qu'autant de jeunes vapotent actuellement. Il réagissait à un reportage du quotidien Le Devoir indiquant qu'il est facile même pour les mineurs de se procurer des ...

2 février 2023

Commissaire à la langue française: QS fait volte-face, approuve le candidat de la CAQ

Québec solidaire (QS) effectue un changement de cap et consent désormais à ce que le philosophe Benoît Dubreuil devienne le tout premier commissaire à la langue française. Le parti de Gabriel Nadeau-Dubois s'était opposé l'année dernière à la nomination de M. Dubreuil, se disant en désaccord avec ses propos passés sur la langue et ...

2 février 2023

Bernard Drainville blâme les libéraux pour le manque d’enseignants dans les écoles

Questionné sur les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre dans les écoles, Bernard Drainville renvoie la balle aux libéraux tandis que l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, admet des regrets sur les compressions en éducation.  M. Leitao a dit que, si c’était à refaire, il aurait été «plus modéré » dans le contrôle des dépenses ...