Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Coalition avenir Québec

Financement politique: la CAQ était favorable à des dons à 200$ cet été

durée 15h00
2 février 2024
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, qui vient de renoncer temporairement au financement populaire, proposait pourtant de hausser le plafond des dons politiques à 200 $ l'été dernier. 

L’information, d’abord rapportée par le 98,5 FM et Radio-Canada, a été confirmée par La Presse Canadienne. 

«Nous étions d’accord pour étudier en comité technique du DGEQ (Directeur général des élections) une actualisation du 100 $ en dollars d’aujourd’hui. Nous avons consulté et décidé de ne pas poursuivre cette avenue il y a quelques semaines déjà», a indiqué par écrit la directrice générale de la CAQ, Brigitte Legault. 

La Presse Canadienne a obtenu copie d’un document de la permanence de la CAQ datant du mois d’août et dont le sujet est «Propositions de changements législatifs de la Loi électorale». On voit que le parti proposait de revoir le plafond des dons pour le faire passer de 100 $ à 200 $ et d’inclure un mécanisme d’indexation. 

Une proposition qui détonne avec ce que le premier ministre a annoncé jeudi. Alors que la CAQ est au centre de la controverse depuis deux semaines pour ses pratiques de financement, François Legault a affirmé que son parti ne récoltera plus de dons de la part des citoyens. En 2023, la CAQ a amassé un peu plus de 800 000 $ en contributions populaires. 

Questionné en point de presse à savoir depuis quand il réfléchissait à cette idée, le premier ministre a répondu: «c'est quelque chose qu'on discute depuis longtemps».

Dans des messages obtenus par La Presse Canadienne, des élus caquistes ont invité des maires à des cocktails de financement en laissant miroiter une rencontre avec des ministres en échange d'une contribution de 100 $ à la caisse du parti.

Deux députés caquistes, Louis-Charles Thouin et Sylvain Lévesque, font l’objet d’une enquête de la commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale. Deux autres demandes d’enquête ont été déposées par Québec solidaire pour les députés Gilles Bélanger et Yves Montigny.

La loi électorale prévoit que chaque citoyen peut verser un maximum de 100 $ à une formation politique, mais il ne peut le faire pour obtenir une contrepartie.

Le premier ministre a enjoint les autres formations politiques à cesser également de percevoir des dons. Tous les partis d'opposition ont rapidement fait savoir qu'ils refusaient l'offre caquiste en la qualifiant de «geste de panique» ou de «diversion».

Thomas Laberge, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des juristes mettent en garde contre le durcissement des peines pour crime haineux

Le gouvernement libéral propose des «sanctions draconiennes» dans le Code criminel dans le cadre de son vaste plan visant à cibler la haine en ligne, prévient l'Association canadienne des libertés civiles. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a déposé cette semaine un projet de loi très attendu, présenté comme un moyen de faire face aux ...

durée Hier 17h00

Hausse de la pension pour tous les aînés : une étape cruciale est franchie

Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville, et Jean-Denis Garon, député de Mirabel, se réjouissent que le projet de loi du Bloc Québécois visant à hausser la pension de la Sécurité de la vieillesse pour tous les aînés à compter de 65 ans, ait franchi une nouvelle étape charnière alors qu’il a été adopté à l’unanimité en ...

27 février 2024

Immigration: Miller n'a «jamais eu l'impression» que le Québec voulait discuter

Le gouvernement du Québec ne souhaite pas réellement avoir une discussion posée avec Ottawa sur les coûts et les conséquences sociales engendrés par l'afflux de demandeurs d'asile, croit le ministre fédéral de l'Immigration, Marc Miller. «La réalité, c'est que je n'ai jamais eu l'impression du gouvernement du Québec qu’ils voulaient vraiment ...