Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
27 juillet 2010 - 11:39

HG Environnement à Blainville se dote d'un système de récupération d'eau de pluie

Par Simon Dessureault

La firme HG Environnement à Blainville a conçu et installé un système de récupération des eaux pluviales, communément appelé Blubox, le mardi 13 juillet dernier, devant son édifice.

Durant cette journée, la compagnie, qui possède l'expertise d'implantation de systèmes écologiques de traitement autonome des eaux usées avec un important volet de recherche, a installé, en démonstration, ce système devant des représentants des services d'urbanisme, des travaux publics et de l'environnement de municipalités avoisinantes, des représentants de centres de jardins et d'entreprises de paysagement.

Le système

Ce système de récupération d'eau de pluie aura une capacité de stockage d'eau de 20 mètres cubiques. Formé à partir de boîtes modulaires, de toile et de géotextile, le Blubox permet de récupérer l'eau des toitures et de la stocker pour une utilisation ultérieure. Il est muni d'une pompe automatique qui permet de remonter l'eau vers le boyau d'arrosage pour tous les travaux extérieurs. Ce système est conçu à la fois pour des applications résidentielles, commerciales et communautaires.

Conserver l'eau de pluie pourrait régler bien des problèmes

En ces temps d'interdiction d'arrosage et de restrictions sur la consommation d'eau potable dans plusieurs municipalités, la récupération de l'eau de pluie est une alternative environnementale utilisable en tout temps selon HG Environnement à Blainville.

«La réutilisation de l'eau de pluie est vraiment une solution pour ceux qui veulent arroser leur terrain ou utiliser l'eau pour autre chose en tout temps, même en temps d'interdiction d'arrosage», affirme Jean Pichette, président de HG Environnement.

Un nouveau besoin

Les systèmes de récupération d'eaux pluviales ou les réservoirs d'eau de pluie tels un baril ou une citerne, répondent donc à un besoin actuel et criant d'utilisation de l'eau potable selon HG Environnement.

«Il y a de plus en plus une prise de conscience de la population qu'il est nécessaire d'économiser l'eau potable. Cet éveil vient du fait que les municipalités sont obligées d'ordonner des restrictions sur la consommation d'eau potable en période estivale. Les systèmes de récupération d'eaux pluviales et les réservoirs d'eau sont des alternatives de plus en plus envisageables de ce que l'on peut faire en période de restriction pour continuer à vivre «normalement» par rapport à la consommation d'eau potable. L'idée est de pallier à ces restrictions par une réutilisation de l'eau de pluie», explique Laetitia Fournet, spécialiste en eau et environnement pour HG Environnement.

Mme Fournet ajoute aussi que la récupération de l'eau de pluie soulage le réseau d'aqueduc des municipalités, car on ne puise pas cette eau dans les rivières et qu'un déficit hydrologique est, par le fait même, évité. «Les systèmes de récupération d'eau de pluie permettent aussi d'effectuer une forme de rétention à la source qui va aussi préserver les écosystèmes aquatiques. En pratiquant la rétention, on évite aussi le ruissellement pluvial, qui est l'une des sources de pollution majeures des rivières», a-t-elle dit.

Selon les plus récentes statistiques d'Environnement Canada, en 2005, 14 % des ménages canadiens possédaient un réservoir d'eau de pluie tels qu'un baril ou une citerne, tandis que 24 % des ménages fixaient une minuterie à leur système d'arrosage automatique lorsqu'ils arrosaient leur jardin.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.