Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 mars 2018 - 16:00

L'ACEF des Basses-Laurentides lance la deuxième année de la campagne de prévention à l'endettement

Par Salle des nouvelles

L’augmentation constante de l’endettement des ménages est une réelle problématique. Très préoccupée par cet enjeu, l'ACEF des Basses-Laurentides lance la deuxième année de la campagne de prévention à l'endettement « Des communautés plus futées que le crédit ». C’est sous les thèmes du transport et des loisirs/culture qu'elle s’articule, représentant des grands pôles de consommation.

Cette campagne nationale de sensibilisation est lancée simultanément à travers le Québec par la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ). Elle propose des alternatives collectives issues des communautés pour économiser et éviter l'endettement chez les jeunes et les familles.

Collaboration spéciale de Fred Dubé
Cette année, l’humoriste Fred Dubé s'est allié à la campagne pour la création de quatre capsules vidéos promotionnelles que l'on retrouvera, au fil des prochaines semaines, sur le site web de l'ACEF en plus du site web et de la page Facebook de la campagne.

«Avec son regard critique et son ton irrévérencieux, il réussit à parler d’un sujet généralement peu attrayant avec aplomb, en proposant une réflexion sur notre manière de consommer. Parce qu’il n’y aura pas de changement sans qu’il y ait d’abord une prise de conscience du réel problème de l’endettement des ménages au pays, et cette prise de conscience passe nécessairement par la critique et la réflexion. Il faut oser questionner le système qui nous entoure, et Fred le fait très bien dans les vidéos, avec audace et humour», explique Rébecca Bleau, coordonnatrice de la CACQ

Des alternatives dans les Basses-Laurentides

L’ACEF vous invite à visiter son site internet à ACEFBL.ORG pour y trouver différentes alternatives au transport, aux loisirs et culture, mais aussi en alimentation et en habitation.

Auto-partage, covoiturage, maisons de la culture, centres de loisirs, fêtes de quartier, activités municipales gratuites, expositions, activités de plein air à faible cout, coopératives d'habitation, groupes d'achats et jardins communautaires ne sont que quelques exemples d'alternatives collectives dans notre communauté.

Interdire la sollicitation sur le crédit auprès des jeunes

Depuis plusieurs années déjà, le mouvement de consommateurs réclame l'interdiction de la publicité et de la sollicitation sur le crédit, et plus spécifiquement auprès des jeunes dans les cégeps et les universités.

« Dès qu’ils atteignent 18 ans, les jeunes sont très sollicités par les institutions financières, et ce, y compris sur les campus des établissements scolaires. Les institutions financières vont jusqu’à offrir aux étudiants des primes ou des cadeaux en échange de la conclusion d’un contrat pour une carte de crédit. Or, de par sa nature même, la publicité sur le crédit, comme les autres, ne présente qu’une information incomplète et biaisée, ce qui est évidemment susceptible d’influencer la perception qu’ont les jeunes du crédit. » Tiré du rapport La perception du crédit par les jeunes : chronique d’un surendettement annoncé ? de l'Union des consommateurs.

Rappelons que le taux d’endettement des ménages canadiens est passé à 171% du revenu disponible au dernier trimestre de 2017. Depuis un peu plus de 10 ans au Canada, il s’agit d’un bond vertigineux de 40%.

«Devant ce constat, il est urgent de mettre en place des mesures législatives afin de mieux encadrer l'octroi du crédit. Il faut aussi revoir notre relation avec le crédit, proposer des alternatives et des sorties de crise pour les familles surendettées. Les associations de consommateurs du Québec sont les seules ressources qui accompagnent, de façon objective et sans intérêts financiers, les personnes et les familles dans leur recherche de solutions à leur endettement. Il faut mieux les reconnaitre et les financer !» de conclure Jacinthe Nantel, intervenante en consommation à l'ACEF des Basses-Laurentides.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.