Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 mai 2018 - 13:50 | Mis à jour : 15:35

Les Rosemèrois seront sondés sur la légalisation du cannabis

Par Salle des nouvelles

Du 10 au 27 mai prochain, les Rosemèrois sont appelés à se prononcer sur divers enjeux liés à la légalisation prochaine du cannabis par le gouvernement fédéral, par le biais d’un sondage en ligne.

Ce sondage permettra à la Ville de recueillir les préoccupations des citoyens et d’évaluer leur acceptabilité sociale face à cet enjeu. Le sondage, intitulé : Consultation publique sur la légalisation du cannabis est disponible en ligne. 

« Cette démarche de participation citoyenne constitue une étape nécessaire dans la mise en place prochaine de la nouvelle réglementation, afin de permettre aux citoyens de s’exprimer sur le sujet, et de nous alimenter dans notre réflexion. Il va de soi que cette démarche sera réalisée en harmonie avec notre approche de proximité et de transparence envers les citoyens, afin d’arriver à un règlement qui réponde aux besoins nommés par la population dans le sondage », explique le maire de Rosemère, Eric Westram.

Quant à la légalisation du cannabis, la Ville tient à rappeler que cette décision n’est pas de juridiction municipale. « La réglementation viendra encadrer la consommation sur le territoire de notre ville, mais n’a pas pour objectif d’en déterminer sa légalisation, une décision qui relève plutôt du gouvernement fédéral. Le sondage en ligne n’est donc pas un lieu de débat sur la légalisation du cannabis, mais plutôt un outil qui nous permettra d’encadrer notre réglementation de la bonne façon, selon le souhait des citoyens », termine le maire.

À la suite de ce sondage, la Ville rendra publics les résultats du sondage, puis procédera à la rédaction du règlement, afin de le présenter et de l’adopter au cours de l’été 2018.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.