Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Problème de pyrite au Québec : les villes les plus touchées

durée 13h31
4 juin 2018
1ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

Non seulement problématique, mais aussi peu esthétique, la pyrite constitue un réel défi au Québec, plus particulièrement pour certaines municipalités, plus touchées que d’autres par ce problème. Il est donc important de savoir quelles sont les origines du problème au Québec et les villes les plus touchées, pour identifier des solutions publiques adéquates. 

Le problème de pyrite, un phénomène relativement ancien 

La plupart des villes québécoises ont été sensibilisées à cette problématique de même que les populations. En effet, ce qu'il faut savoir pour identifier un problème de pyrite dans votre maison n’a rien à voir avec l’origine du problème, ou son ancienneté. 

Si le problème est toujours d’actualité en 2018, il est malgré tout plus ancien que cela : la plupart des maisons construites avant 1996 nécessitent un bilan supplémentaire pour détecter la présence éventuelle de pyrite (certificat DB). C’est ce que l’on appelle le « test de pyrite » : s’il n’est pas obligatoire, il est fortement conseillé depuis 1999. 

Des analyses scientifiques et des enquêtes de terrain ont été menées à partir des années 2000, moment au cours duquel les cas de pyrite dans les maisons se sont le plus manifestés : plus de 2,000 cas sévères ont été traités au Québec au début du millénaire. 

Suite à cela, des classifications ont été établies pour déterminer le niveau de risque associé aux villes et aux quartiers québécois, selon un IPPG (indice pétrographique de potentiel de gonflement) : 
-Entre 0 et 20, le risque est de zéro à faible 
-Entre 21 et 40, de faible à moyen 
-De 41 à 60, de moyen à élevé
-De 61 à 80, élevé 
-De 81 à 100, extrêmement élevé

Depuis, la plupart des techniques de dépistage et de correction ont été affinées, et des entreprises membres de l’ACLE (Association canadienne des laboratoires d’essais) offrent des tests pour la somme de 350$. Selon la zone dans laquelle vous vous trouvez, ce test peut être pris en charge par la municipalité.  

Quelles villes sont les plus touchées ? 

Le problème de pyrite affecte de manière globale l’ensemble du Québec et de nombreux cas isolés, même dans des quartiers à priori épargnés, ont été détectés. C’est par exemple le cas de Saint Lambert, dont les habitations ont appris, il y a quelques années, une contamination du sol à cause d’un remblai ancien, malgré une annonce d’exemption de pyrite dans leur quartier. 

Pour des raisons géographiques et géologiques, certains quartiers sont plus touchés par le problème de pyrite que d’autres, historiquement parlant. C’est le cas des quartiers : 
-Rive-Sud de Montréal 
-Rive-Nord de Montréal 
-Les Basses-Laurentides 
-Les extrémités Est et Ouest de la ville de Montréal 

Plus récemment, le secteur de la Montérégie a montré de nombreux cas, notamment dans les municipalités suivantes : 
-Saint-Bruno-de-Montarville
-Saint-Basile-le-Grand
-Sainte-Julie
-Beloeil 
-Chambly
-Carignan
-Varennes
-Saint-Hubert
-Greenfield Park 
-Sainte-Catherine 

La liste n’est cependant pas exhaustive. Pour rappel également, seule la provenance du remblai présente sous votre dallage détermine si vous êtes confronté ou non à un problème de pyrite : même en étant dans une zone à faible potentiel, vous pouvez être concerné. N’hésitez pas à faire un test ou à contacter des interlocuteurs publics. 

Par ailleurs, de nombreux organismes privés, comme Goudrons Québec ou Bisson Expert, ont l’expertise nécessaire pour mener des travaux correctifs et préventifs sur le problème de pyrite dans votre maison. Vous pouvez les contacter pour obtenir des devis. 


Le problème de pyrite est plus présent dans certaines villes, et moins dans d’autres, pour des raisons diverses. L’ancienneté de la problématique est plus préoccupante dans certaines municipalités que d’autres, ce qui en fait une véritable question publique. Désormais, les solutions collectives de lutte contre le problème de pyrite doivent être envisagées, en plus des mesures correctives individuelles.  

commentairesCommentaires

1

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • DC
    Denis Charron
    temps Il y a 1 an et 6 mois
    Bonjour
    Comment ce fait-il que la ville de Brossard n'est pas mentionné dans votre liste ?
    À noter que cette dernière est la plus toucher parmi les villes....! des rues entière.

    Merci d'y remédier.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


4 août 2022

COVID-19 : des équipes de vaccination iront dans les CHSLD et RPA

Aujourd’hui, le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, est venu faire le point sur la situation de la COVID-19 dans la province. Il a débuté en mentionnant que, selon les données, on remarque la première baisse depuis sept semaines, autant les cas que les hospitalisations. Les absences au travail sont également en baisse. De ...

4 août 2022

Les Canadiens font de moins en moins confiance à leurs médecins

Les Canadiens feraient moins confiance à leurs médecins aujourd’hui qu’avant la pandémie, s’il faut en croire les résultats d’un sondage réalisé pour le compte d’une firme australienne en Australie, au Canada et aux États−Unis. Avant la pandémie, révèle l’enquête dévoilée récemment par Compare The Market, 87 % des Canadiens disaient faire ...

29 juillet 2022

« Vivre avec le virus, ne veut pas dire de vivre comme s'il n'y avait plus »

Le directeur national de la Santé publique, le Dr Luc Boileau, s’est à nouveau présenté devant les journalistes pour faire un point sur la situation actuelle concernant la COVID-19. Il a débuté en mentionnant qu’il y avait eu dans les dernières semaines une augmentation des cas dans les hôpitaux, mais que la majorité s’était présentée pour des ...