Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
27 novembre 2018 - 13:30

Le taux de décrochage annuel diminue encore à la CSSMI

Par Salle des nouvelles

Les plus récentes données du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, reçues à la fin octobre, confirment que la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) a réussi un tour de force en diminuant à nouveau son taux de décrochage annuel (taux de sorties sans diplôme ni qualification) : il atteint aujourd’hui 7,2 %.

Mentionnons que les chiffres publiés par le Ministère dresse un portrait basé sur des données de la cohorte d’élèves de 2015-2016.

Des chiffres plus qu’encourageants!

Le taux de décrochage record à la CSSMI était de 8,5 % à pareille date l’an passé. Il est maintenant de 7,2 % pour les élèves quittant leur parcours scolaire sans diplôme ni qualification en formation générale des jeunes.

- À titre référentiel, le résultat pour l’ensemble du Québec est de 14,6 %.

- Le taux est aujourd’hui de 5,5 % chez les filles.

- Le taux est de 8,9 % chez les garçons, comparativement à un taux qui s’élevait à 12,1 % dans les données reçues l’an dernier.

- L’écart entre les filles et les garçons se rétrécit : 7,1 % en 2017 et 3,4 % en 2018!

Avec un écart de moins d’un point de pourcentage, la CSSMI se rapproche considérablement du taux de décrochage annuel des établissements privés qui s’élève à 6,3 % (7,2 % pour la CSSMI). Précisons que le résultat obtenu pour la Commission scolaire fait, entre autres, état d’une mobilisation, d’une rigueur et d’un processus d’admission sans sélection d’élèves.

Rappelons qu’il y a 20 ans, au moment de sa création, la CSSMI affichait un taux de décrochage scolaire de 30,1 %. La progression de la réussite se poursuit!

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.