Publicité
9 mai 2019 - 13:48 | Mis à jour : 13:54

Le CISSS des Laurentides améliore les conditions de travail de ses infirmières et inhalothérapeutes à temps partiel

Le recrutement dans le réseau de la santé et des services sociaux est un enjeu de taille. Pour assurer la stabilité pour son personnel de la catégorie 1, le CISSS des Laurentides vient de signer une entente avec la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec qui permet au personnel infirmier et aux inhalothérapeutes de rehausser leur poste à temps partiel jusqu’à concurrence de quatre jours par semaine, et ce, de façon permanente et sans devoir passer par un processus d’affichage.

Le CISSS des Laurentides souhaite ainsi renforcer les équipes de soins et stabiliser le personnel qui travaille auprès des usagers qui sont soignés et hébergés dans ses installations.

« Lorsque les usagers reçoivent des soins, l’un des aspects appréciés est de pouvoir compter sur du personnel qui connaît notre réalité. Quand les équipes sont stables, cela facilite la communication entre notre personnel et la clientèle ainsi que les échanges à l’intérieur même des équipes de soins. Tout le monde y gagne! », de dire Jean-François Foisy, président-directeur général du CISSS des Laurentides.

Pour Mario Cianci, directeur des ressources humaines, cette entente est unique et répond à une demande du personnel en vue d’éliminer le temps supplémentaire obligatoire : « L’initiative offrira des conditions de travail plus stables et permettra de diminuer le recours aux heures supplémentaires et à la main-d’œuvre indépendante. »

Notons que le rehaussement des postes à temps partiel se fait sur une base volontaire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.