Publicité
2 octobre 2019 - 12:00 | Mis à jour : 13:15

6e édition organisée dans les Laurentides

81 000 $ récoltés par l'association Courir pour Leucan

Par Salle des nouvelles

La 6e édition de Courir pour Leucan Laurentides-Lanaudière a rayonné malgré la pluie, grâce à la participation de près de 400 coureurs et marcheurs qui ont pris part à l’événement, le 28 septembre dernier.

Cette action de collecte de fonds a permis d’amasser la somme de 81 000 $. Celle-ci servira à financer les services qui sont offerts aux familles de la région, dont l’enfant a reçu un diagnostic de cancer. Plusieurs familles et enfants, qui font désormais partie de la grande famille de Leucan, étaient présents lors de cette journée soit pour courir ou marcher, ou pour offrir de leur temps comme bénévoles.

Pour l'occasion, Natan Dériger était l'enfant porte-parole. Du haut de ses 6 ans, il a bravé la pluie pour courir le 1 km des coccinelles. C’est depuis un peu plus d’un an que Natan combat une leucémie aiguë lymphoblastique. Il a souhaité que la course reçoive un grand nombre de participants, la mission s'est accomplie.

Une 7e édition déjà prévue

Afin de contribuer au succès de la 6e édition, Philippe Massicotte, le fondateur du Centre PmFitness à Blainville, s’est joint à Courir pour Leucan à titre de président d’honneur. Il a pris la parole à quelques reprises afin de rappeler à tous les participants que leur générosité était précieuse. Son collègue Mikael a su bien échauffer nos participants afin de pouvoir entamer la course du bon pied.

Plusieurs entreprises ont également formé des équipes dont BBA, Demilex, L'Épicurieux et Belles Formes et d'autres. C’est d’ailleurs lors du dévoilement du montant amassé que Mathieu Déziel, Directeur régional Leucan Laurentides-Lanaudière, a confirmé la 7e édition de Courir pour Leucan ainsi que ses présidentes d’honneur Julie et Laurie Bélanger de chez Belles Formes.
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.