Publicité
5 février 2020 - 09:00

Les employeurs intéressés ont jusqu’au 24 février pour déposer leur candidature

Basses-Laurentides: le programme Emplois d’été Canada est ouvert

Par Salle des nouvelles

La députée de Thérèse-De Blainville, Louise Chabot ainsi que ses collègues Simon Marcil, député de Mirabel et Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles, ont souligné l’ouverture du programme Emplois d’été Canada. Les employeurs intéressés ont jusqu’au 24 février pour déposer leur candidature.

Les organismes sans but lucratif, les employeurs du secteur public et les petites entreprises de 50 employés et moins peuvent être admissibles à ce programme. « Vu l’importance de ce programme pour l’embauche de jeunes travailleurs, particulièrement pour les OSBL, je suis très heureuse d’annoncer que la période de mise en candidature est ouverte. Mes collègues et moi déplorons toutefois les retards dans l’ouverture du programme et nous allons suivre la situation de près », a déclaré Louise Chabot.

Une partie du salaire subventionnée

Le programme Emplois d’été Canada facilite l’embauche de travailleurs par de nombreux employeurs au Québec en subventionnant une partie de leur salaire. « C’est un programme qui existe d’abord et avant tout pour faciliter l’embauche de jeunes. Cela leur permet de vivre une expérience de travail enrichissante et de développer leurs compétences », a ajouté Simon Marcil.

« De nombreux organismes à but non-lucratif comptent sur ces subventions pour embaucher du personnel. J’espère que le gouvernement mettra en place les ressources nécessaires pour traiter les demandes rapidement pour éviter des délais supplémentaires », a précisé Luc Desilets.

Le programme Emplois d’été Canada permet l’embauche d’environ 70 000 jeunes travailleurs âgés de 15 à 30 ans chaque été au Québec et au Canada. Pour obtenir plus d’information, contacter Service Canada.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.