Publicité

23 avril 2020 - 13:00

État de santé

Le maire de Mirabel Jean Bouchard continue la lutte contre sa tumeur au cerveau

Par Salle des nouvelles

À la fin de la semaine du 20 avril, Jean Bouchard, maire de Mirabel, terminait ce qu’il qualifie comme étant le « premier round » de son combat pour recouvrer la santé. Il a traversé la première étape de ses traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, qui se sont échelonnés sur une durée de six semaines.

L'élu affirme que tout se déroule comme prévu, et qu’il n’a pas subi d’effets secondaires jusqu’à maintenant, si ce n’est de la fatigue.

Un mois de repos avant une nouvelle série de chimiothérapie

Alors qu’il a franchi ce cap important, le maire compte suivre à la lettre les directives de son médecin, en s’imposant un repos complet pour une période d’un mois. « Je me dois de décrocher complètement pendant cette période, pour m’assurer de reprendre toutes les forces nécessaires avant d’entamer le second round de mon combat », a-t-il affirmé.

Après ce mois de repos, Jean Bouchard entreprendra une nouvelle série de traitements de chimiothérapie, qui lui seront prodigués à raison de cinq jours consécutifs par mois, pour une période de six mois. « J’ai bien hâte de retrouver la santé et je vais faire tout en mon pouvoir pour revenir en poste rapidement », a-t-il tenu à mentionner.

Tel qu'il l’a lui-même annoncé publiquement, il lutte présentement contre une tumeur au cerveau, qui a été décelée suivant un malaise subi le 31 décembre dernier. Depuis, il a reçu, en continu, une quantité impressionnante de témoignages d’appréciation et d’encouragement, pour lesquels il est très reconnaissant.

M. Bouchard réitère qu’il a pleinement confiance aux élus en poste et aux employés municipaux, qui font face à de grands défis présentement, et à qui il lève son chapeau. Les élus et les employés de la Ville, quant à eux, se disent toujours unis derrière M. Bouchard.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.