Publicité

22 mai 2020 - 06:00

66 projets retenus dans 11 régions québécoises

Régions branchées: 8 780 foyers des Laurentides pourront avoir accès à Internet haut débit

Par Salle des nouvelles

La ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides, Sylvie D’Amours, souligne les projets retenus au terme de l’appel de projets Régions branchées, lesquels permettront l’accès à des services Internet haut débit de qualité et à un prix comparable à ceux proposés en milieu urbain à 8 780 foyers de la région des Laurentides.

En tout, 66 projets répartis dans 11 régions du Québec ont été sélectionnés dans le cadre de cet appel de projets. Ceux-ci donneront accès à un service Internet haut débit à plus de 60 000 foyers. La contribution gouvernementale versée pour permettre la réalisation des projets est estimée à 150 millions de dollars.

« Dans un contexte de crise sanitaire comme celui de la COVID-19, une connexion Internet haut débit n’est pas un luxe, mais bien une nécessité, assure Sylvie D’Amours. Il va sans dire que les projets retenus ont le potentiel de donner un nouveau souffle à toute la région des Laurentides en contribuant à son rayonnement et à son attractivité. »

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, Pierre Fitzgibbon, en a fait l’annonce hier en compagnie du député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse), Gilles Bélanger.

« La pandémie que nous vivons actuellement et l’isolement social qui en découle illustrent encore plus l’importance de prioriser ce grand chantier collectif, affirme Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière. Offrir l’accès à un service Internet haut débit performant à l’ensemble de la population prend tout son sens lorsque les Québécois en dépendent pour travailler de la maison, obtenir des services de télésanté, poursuivre leurs études ou même faire leur épicerie. Toutes les entreprises du Québec doivent aussi pouvoir compter sur l’accès à ce service afin de demeurer compétitives et innovantes ».

L’appel de projets Régions branchées vise à accélérer l’implantation d’infrastructures de télécommunications dans les zones partiellement desservies. Les promoteurs devront d’ailleurs livrer leurs projets au plus tard le 30 juin 2022.

Le gouvernement s’est engagé à ce que tous les projets permettant de fournir un accès à Internet haut débit à l’ensemble des foyers québécois soient réalisés ou en voie de l’être d’ici 2022. L’appel de projets Régions branchées constitue le premier volet du plan de déploiement pour atteindre cet objectif.

Les deux autres volets de ce plan sont :

  • l’appui du gouvernement du Québec aux promoteurs de projets déposés dans le cadre de l’appel de projets du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), lequel se terminera le 1er  juin prochain;
  • l’appel de projets réalisé conjointement par le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral, qui sera lancé au cours de l’été 2020.


« En investissant dans l’implantation d’infrastructures numériques hors des grands centres, le gouvernement du Québec favorise l’énorme potentiel économique des régions tout en réduisant considérablement les écarts qui persistent entre les milieux urbain et rural, explique Gilles Bélanger, député d’Orford et adjoint parlementaire du ministre de l’Économie et de l’Innovation (volets économie et Internet haute vitesse). Grâce à cette annonce, nous permettrons non seulement à davantage de citoyens, d’entreprises et d’étudiants de participer pleinement à la révolution numérique, mais également à toutes les régions du Québec d’agir comme de véritables moteurs économiques ».

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.