Publicité

21 octobre 2020 - 14:00

À Saint-Jérôme et Saint-Eustache

Deux nouveaux complexes d’hospitalisation construits pour décembre

Par Salle des nouvelles

Au cours des dernières semaines, le ministère de la Santé et des Services sociaux a procédé à l’annonce de la construction de deux complexes d’hospitalisation rapide: un à l’Hôpital de Saint-Eustache et un à l’Hôpital régional de Saint-Jérôme.

Une fois leur construction terminée, ces deux nouvelles installations accueilleront des personnes nécessitant une hospitalisation à la suite d’une chirurgie.

Ces deux complexes temporaires seront en fonction au cours du mois de décembre et permettront à l’établissement de récupérer des espaces au sein même de ces deux hôpitaux. Les lieux qui seront ainsi dégagés permettront d’ajouter des espaces afin de mieux répondre aux besoins qui découleront de la deuxième vague de COVID-19 au cours des prochains mois.

Le but est d’accueillir plus aisément les patients nécessitant une hospitalisation, dont ceux présentant des symptômes de la COVID-19. Un total de 62 lits seront disponibles dans le complexe d’hospitalisation rapide de l’Hôpital de Saint-Eustache et de 57 lits au complexe de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme.

Maintenir les services de chirurgie

Par ailleurs, la clientèle de chirurgie a été sélectionnée afin d’occuper les complexes d’hospitalisation rapide afin de permettre de maintenir les activités de chirurgie, dans la mesure du possible, dans le contexte de la COVID-19.

« Cela aura certainement un impact positif sur nos listes d’attente. Rappelons que nous souhaitons délaisser le moins de services possible, et ce, même si la pandémie actuelle nous sollicite grandement. Malgré la COVID-19, la population continue d’avoir besoin de nos services pour des chirurgies, des examens diagnostics, des consultations diverses, etc », a mentionné la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, Rosemonde Landry.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.