Publicité

18 décembre 2020 - 10:30

CISSS des Laurentides

Des stagiaires du programme Intégration Travail DI-TSA-DP aident les  travailleurs de la santé 

Par Salle des nouvelles

Depuis septembre dernier, des participants du programme Intégration Travail pour personnes ayant une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience physique (DI-TSA-DP) se rendent régulièrement à l’entrepôt régional du Centre de santé et  de services sociaux (CISSS) des Laurentides afin de contribuer à plusieurs tâches. 

Ils aident à la logistique et à la préparation des  commandes d’équipements de protection individuelle qui sont portés dans le secteur de la santé et des  services sociaux en cette période de pandémie. 

Ainsi, les 13 stagiaires de ce programme se rendent, en petits groupes, de deux à trois fois par semaine à  l’entrepôt régional. Le succès de cette initiative permettra sous peu l’ouverture d’une quatrième journée de  stage par semaine.  

Avec les demandes logistiques accrues en raison de la pandémie, l’entrepôt régional s’est présenté comme  un milieu propice pour des stages de groupe auprès des personnes présentant une déficience  intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience physique.

En effet, les activités de  l’entrepôt associées à l’assemblage du matériel de protection pour les infirmières en soins à domicile, à la préparation de lingettes désinfectantes, ou encore au remplissage des bouteilles de désinfectant sont des  tâches et responsabilités intéressantes pour la clientèle du programme Intégration Travail DI-TSA-DP. 

Plus précisément, les personnes ayant une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience physique évoluent aisément avec des tâches simples et répétitives. Pour elles, ces  responsabilités sont valorisantes, motivantes et accomplies avec à la fois avec minutie et plaisir. 

« Ce stage de groupe s’inscrit dans le contexte de la pandémie dans le cadre duquel la contribution de tous  est appréciée et fait la différence. Les stagiaires sont fiers de travailler à l’entrepôt et de donner un coup de  main pour assurer la protection de la population et de notre personnel. Ils sont d’une aide précieuse pour  les opérations et apportent une ambiance et un climat de travail agréable au sein de l’entrepôt régional »,  explique la présidente-directrice générale du CISSS des Laurentides, Mme Rosemonde Landry.  

À l’heure actuelle, l’équipe du programme Intégration Travail du CISSS des Laurentides travaille en  partenariat avec plus de 200 employeurs de la région afin de favoriser le développement de l’employabilité des personnes atteintes d’une déficience intellectuelle, d’un trouble du spectre de l’autisme ou d’une  déficience physique.

Au total, près de 550 personnes sont intégrées dans différents organismes, entreprises et établissements et contribuent à augmenter la productivité de ces milieux de travail. 

« Tout comme nous le faisons au CISSS des Laurentides, nous souhaitons que les entreprises de la région  continuent de développer le réflexe de penser à nos stagiaires lorsque les tâches le permettent, ou encore  lorsqu’elles ont des surcroits de travail difficiles à intégrer dans leurs opérations courantes. L’intégration de  ces personnes dans la société change leur vie et leur apporte un si beau sentiment de fierté et  d’accomplissement. Les entreprises en sortent aussi gagnantes », précise Mme Landry. 

Les entreprises intéressées par un projet de partenariat sont invitées à communiquer avec Mme Carole  Gravel, chef de programme Intégration Travail DI-TSA-DP.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.